Accueil | Créer un blog |

parisperdu

un certain regard sur Paris

Paris est à tout le monde. | 26 janvier 2015

Boutique de souvenirs, rue de Steinkerque, au pied de la butte Montmartre _Paris (18e), juin 2012

C'est la fin d'un monopole pour l'un des produits phares des boutiques de souvenirs de Paris.

Depuis une quinzaine de jours, les célèbres slogans " I♥Paris " et " J'♥Paris ", qui ornent tee-shirts, sweat-shirts mais aussi porte-clés, tasses et autres bibelots, ne peuvent plus être considérés comme des marques.

Dans leur arrêt du 6 janvier dernier, les juges de la Cour de Cassation rappellent que les slogans de ce type ont été popularisés dès 1977 par la création du logo " I♥New York " du célèbre graphiste américain Milton Glaser. Selon eux, la formule "véhicule un sentiment d'attachement à une ville particulière" que le touriste perçoit comme "un signe décoratif, dont il comprend le sens quelle que soit sa langue" et non pas "comme une marque".

Ces slogans sont désormais dans le domaine public et tout le monde peut les reproduire sans risque.

Paris est donc à tout le monde. Mais ça, Montesquieu le pensait déjà, il y a bien longtemps,  lorsqu'il écrivait : "La France est aux Français, Paris est à tout le monde".


>> "I'm parisien, I love rien" sur Parisperdu.

 

 

Publié par barreteau à 09:58:34 dans Hommes et Métiers | Commentaires (0) |

Les impasses de Planchat. | 21 janvier 2015

Vue prise de l'impasse de Bergame, vers l'impasse des Crins. Paris 20ème (juin 2012)

Dans le 20ème arrondissement, entre la rue Planchat et la rue de Buzenval, on en trouve déjà 8, elles ont pour noms: Véran, Rolleboise, Casteggio, Poule, Crins, Bergame, des Souhaits et de la Confiance … ce sont les fameuses impasses du secteur Planchat, directement héritées du parcellaire de cet ancien quartier de maraîchage et de vignes.

Un peu plus loin, entre la rue de la Réunion et la rue des Orteaux, ça recommence: à nouveau des impasses et des passages qui, cette fois-ci, donnent sur la rue des Vignoles. On trouve ici: Satan, Rançon, Savart, des Vignoles auxquels ont peut ajouter, donnant sur la rue des Haies, les passages Dieu et Dagorno, ainsi que les impasses Gros et St Paul … de quoi en perdre son latin certes, mais on peut aussi trouver un réel plaisir à s'enfoncer dans ces multiples interstices de la ville.

Au début des années 2000, un vaste projet de réhabilitation de ce secteur a été entrepris car, il faut bien le dire, l'habitat dans ces impasses n'était pas très reluisant et même parfois "limite insalubre".

Toutes les impasses n'ont pas été touchées, certaines sont encore "dans leur jus", comme à l'écart de la ville, à l'écart du temps …

La restructuration la plus lourde a concerné trois impasses, celles des Crins, de Casteggio et des Souhaits. Elle a permis la réhabilitation de 11 logements et la construction de 88 logements neufs, 11 ateliers et 52 places de parking.

Cette réalisation nommée "Eden Bio", par l'architecte en charge du projet, a certes densifié le secteur mais a heureusement respecté l'esprit du quartier en préservant ses passages et ses impasses. Les façades des nouvelles habitations alternent le bois, le métal et le végétal … Pour une fois que le béton n'a pas tout envahi, on ne va pas se plaindre !


>> Parisperdu  pour les nuls (4/5): " De Planchat-Vignoles à la Place de Rungis"

>> "Eden-Bio", le projet qui a réhabilité le secteur.


>> 33 rue des Vignoles: l'impasse des anarchistes ...

 

 

Publié par barreteau à 11:40:46 dans 75020 | Commentaires (1) |

Allée verte. | 16 janvier 2015


La rue Saint-Sabin a gardé son atmosphère provinciale avec de nombreuses échoppes d'artisans et divers magasins de petits commerçants, mais pour combien de temps ? Car toutes et tous ferment désormais les uns après les autres.

Au 58 de cette rue, une autre voie prend naissance. A ce croisement, se dresse une immense façade aveugle avec pour tout élément décoratif une plaque de rue parisienne ou l'on peut lire : "Allée verte, anciennement rue verte".
Non loin de là,  il y a aussi la rue du Chemin Vert  … et pas très loin non plus la célèbre Coulée verte … décidément ce coin du 11ème arrondissement semble avoir trouvé sa couleur !

Puis l'Allée Verte coupera la rue Nicolas Appert, le génial inventeur de la boîte de conserve, avant de déboucher dans le boulevard Richard Lenoir et même s'il n'y a aucune verdure dans l'Allée Verte … cette allée est généralement bien calme avec sa halte-garderie, sa maison de retraite … son club de tennis de table …

Mais à deux pas de là, ce calme a été fracassé le 7 janvier dernier lors de l'assassinat des journalistes de Charlie Hebdo par des terroristes extrémistes …


>> "Je suis CHARLIE"

>> La coulée verte: "Pour un urbanisme retardataire".

 

Publié par barreteau à 12:05:38 dans 75011 | Commentaires (1) |

Flamenco et syndicalistes révolutionnaires. | 11 janvier 2015

Passage du 33 rue des Vignoles_ Paris 20ème (Juin 1997)

Lorsque que pour la première fois, je pénètre dans ce passage de la rue des Vignoles, je découvre une cour bordée d'ateliers. Un lieu comme il en existait encore beaucoup à cette époque, dans Paris. Tous les ateliers viennent alors d'être fraichement repeints en blanc, ce qui donne une impression de clarté, de propreté et même de standing à cet endroit pourtant banal.

Ce qui attire immédiatement mon regard, c'est une pancarte. On peut y lire: "Flamenco en France". Je suis quelque peu intrigué que "La peña flamenca de Paris" ait élu domicile dans cet étroit passage. Arrivé au fond de l'impasse, je ne remarquerai rien d'autre …

Lorsque je suis retourné récemment ici, le passage était toujours là, et ça, c'est un peu surprenant … car ce secteur du 20ème arrondissement a subi ces dernières années, un large processus de restructuration de son habitat. Toutefois, si la configuration des lieux n'a pas bougé, la couleur des ateliers du passage a radicalement changé: fini le blanc immaculé … tout ici a été repeint en rouge !
Un rouge révolutionnaire sans doute car le passage abrite le siège d'une confédération que je n'avais même pas remarqué lors de ma première visite. Cette fois-ci, impossible de "louper" la Confédération Nationale des Travailleurs : couleur rouge omniprésente et, partout des drapeaux et fanions rouges et noirs siglés: CNT !
La CNT est une confédération de type syndicaliste révolutionnaire et anarcho-syndicaliste qui a connu un essor important en Espagne durant la période antifranquiste de 1936-1939. De là à expliquer le voisinage en cet endroit des anciens antifranquistes et des adhérents à l'association Flamenco … ?

Mais récemment, le passage du 33 de la rue des Vignoles a eu la surprise de tomber sur un avis de démolition de la mairie de Paris. Le "33" est situé dans l’îlot Planchat-Vignoles, un des îlots voué à destruction sans même savoir quelle construction est prévue à la place.

Des engagements ont été pris par la Mairie pour régler le problème de ces "expulsés-expulsables", mais aussi pour conserver le parcellaire caractéristique de ce quartier. Jusqu’à présent aucun projet n’a toutefois été rendu public par la Ville. La mobilisation se poursuit donc … et en matière de mobilisation, de manifestations et de défilés en tous genres, la CNT est experte ... !

Toutefois, l'impasse des anarchistes, comme certains la nomme dans le quartier, a sans doute entamé son compte à rebours avant ... la destruction finale.


>> Le passage du 33 rue des Vignoles, aujourd'hui.

>> Flamenco au 33 rue des Vignoles.

>> La CNT syndicalisme révolutionnaire et anarcho-syndicalisme.

>> Déjà sur Parisperdu : lieu semblable, destin semblable …

 


Publié par barreteau à 09:51:35 dans 75020 | Commentaires (1) |

Belleville : les chantiers de la mémoire | 06 janvier 2015

Rue Pixérécourt, Paris 20ème _ 1984

A Belleville, dans les années 1960, tout le monde sait que les vieux immeubles ne seront plus entretenus car ils ont vocation à être détruits lors de la future rénovation du quartier qui déjà se dessine. Les habitants commencent alors à déménager, souvent déplacés dans les nouveaux HLM "confortables" de Sarcelles ou de Créteil. Mais paradoxalement  de nouveaux venus, notamment des migrants du Maghreb, s’installent dans ce bâti libéré ... pour quelque temps.

Dès la fin des années 70, les démolitions vont bon train et la rénovation des années 80, conduira à la "désastreuse" transfiguration de la Place des Fêtes, et à la politique des "Zones d’Aménagement Concertées" aux Amandiers à Ménilmontant ou dans le Bas-Belleville.

Les conditions de la "rénovation" de ces quartiers, le relogement, la conception des constructions nouvelles sur fond de spéculation immobilière ne seront pas sans conséquence sur le plan social et humain. Elles conduiront à la détérioration des conditions de vie et à la destruction des structures sociales. Et aujourd'hui encore, on ne peut que dresser le constat d’un immense gâchis urbanistique et humain.

Passant d’une image intimiste en noir et blanc à une poétique des ruines, la photo présentée ici semble de prime abord hétéroclite, mais elle dévoile finalement la réalité du fait social et urbain. Elle témoigne d’une société en construction, en constant changement, autant que d’un monde en décomposition.
Car ici, trois générations d'habitat coexistent - encore pour quelque temps - dans un reliquat de jardin: un habitat précaire fait de planches et de matériaux de récupération, dernier témoin des baraques des bidonvilles des années 50, au second plan se trouve un des petits immeubles de rapport qui constituaient il y encore peu de temps, l'habitat majoritaire de ces quartiers et, occupant tout l'arrière plan, l'une des tours de la Place des Fêtes.
Dans ce minuscule espace, c'est bien l'un des chantiers de la mémoire de Belleville, que l'
on découvre ...


>> Une rage de destruction ...

>> Le ZACage du 20ème arrondissement.

>> Démolition des murs ... démolition des vies.

 

Publié par barreteau à 10:04:09 dans 75020 | Commentaires (4) |

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... 139 | 140 | >>

Pourquoi Parisperdu ... ?

ParisPerdu aurait pu s'appeler ParisVolé car s'il est désormais souvent impossible de porter "ce certain regard" sur l'Est de Paris , c'est que ce Paris a été dérobé par toutes les "avancées de la modernité".

Arpenter la ville à la recherche d'espaces promis à la démolition ou de personnes dont le destin va en être bouleversé : ce n'est pas pour regretter le passé. C'est pour montrer, nous montrer, nous rappeler, que la ville n'est pas une entité figée. La ville vit ... et comme tout être vivant, elle fait parfois des erreurs.


Ainsi va la ville, ainsi va la vie ...

"Ce qui nous incite à revenir en arrière est aussi humain et nécessaire que ce qui nous pousse à aller de l'avant."
Pier Paolo Pasolini


  
  Parisperdu: en savoir +


Contact Courriel


Toutes les photos sont de l'auteur : 
© Pierre Barreteau,
sauf mention particulière.
Vignette d'accueil:
Photo André Kertész © Claude Eveno

Sauf mention contraire, 
le contenu
de ce blog 
est sous contrat:

Creative Commons
CC_Droits Réservés



Territoires arpentés:

Zones couvertes


Les Lieux retrouvés de Parisperdu:

Les Lieux retrouvés de Parisperdu


Autre Blog:

PertiNantes

Au fil des mois ...

Janvier

DiLuMaMeJeVeSa
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Partager / S'abonner

Share/Save/Bookmark Subscribe http://www.buttonshut.com/ http://www.buttonshut.com/
Retrouvez Parisperdu sur:








Parisperdu recommandé par:

logo France Inter

blogs à part







Une sélection "Photo" de

Sélection: Le top des blogs parisiens



Site du Jour

Paperblog

THE BOBs

Coup de coeur de:
NetKulture
"un monde à part... surprenant ... insolite... un autre regard"

Elu

Le Site du Jour



"Un Blog nostalgique, très élégant, et parfois acide qui donne à voir la transformation de Paris"





Classé "TOP" par la rédaction




Rechercher ...

Tags ...

Merci pour votre visite ...

Depuis le 14-11-2005 :
6980548 visiteurs
Depuis le début du mois :
118711 visiteurs
Billets :
695 billets