• Celles que l'on n'a jamais vues …

    Extrait de la planche-contact du "Nu Provençal", 1949 © Willy Ronis

     

    Parmi les images célébrissimes de Willy Ronis figurent bien évidement le "Nu provençal" et
    "L'Aéromodéliste". Toutes deux ont été capturées à Gordes, à l'aube des années 50, lorsqu'il y résidait en famille. Aussi n'est-il pas étonnant de constater que Ronis, à cette époque, a "utilisé" les personnes qu'il avait alors "sous la main" :  sa femme Marie-Anne pour le Nu et son fils Vincent pour l'Aéromodéliste …
    Mais si ces images iconiques sont connues dans le monde entier, il y a celles que l'on n'a jamais vues, celles qui faisaient partie du même "shooting" et qui n'ont pas été retenues par Willy qui les jugeait moins intéressantes.
    Nous vous dévoilons ici ces images inconnues, celles que l'on n'a jamais vues …


    >> Le Nu Provençal (les 3 autres prises sur la planche contact), Gordes, 1949

    >> Vincent aéromodéliste, celle qu'on n'a jamais vue.

    >> Le Nu provençal, déjà sur Parisperdu

    >> Vincent aéromodéliste,
    déjà sur Parisperdu

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Le Cirque Tzigane Romanès est-il menacé de disparition ?

    Délia Romanes et sa fille Alexandra _ Photo : © Cirque Romanès

     

    La tribu du cirque Romanès, qui vient d'achever son spectacle parisien "La trapéziste des anges" ne partira pas, comme chaque année, en tournée en régions pour présenter son spectacle intimiste et poétique. Et cela, faute de villes d'accueil …

    Pourtant, cela fait 22 ans que le Cirque Romanès, unique en Europe, est implanté à Paris avec le soutien de la Ville et cela fait 22 ans que ce Cirque atypique fait rayonner et connaître la culture Tzigane et Gitane en France et même dans le monde !
    Durant toutes ces années, les Romanès ont été, régulièrement, déplacés de terrains vagues en site temporairement vacants … et finalement aujourd'hui, ils sont installés Square Parodi dans le 16ème arrondissement de Paris.


    Mais les Romanès se sentent visés par un racisme acharné qui régulièrement vient les menacer, les cambrioler, les vandaliser … aussi désormais, par mesure préventive de sécurité, les grandes villes des régions leur ferment les portes.
    Alors, restant à Paris, la famille Romanès accueillera le 14 juin prochain le danseur gitan sévillan de flamenco Amador Rojas, accompagné de Karime Amaya, petite nièce de la grande Carmen Amaya.
    Ne manquez pas cette occasion unique de retrouver ou de découvrir les Romanès … avant que, et peut-être bientôt, leur chapiteau soit définitivement démonté … ?



    >> Je veux y aller …

    >> Le cirque Romanès, site officiel

    >> Alexandre et Délia … sous leur chapiteau.

    >> Alexandre Romanès et son cirque tzigane …

    >> Voir aussi : La famille Romanès, de nouveau à Paris.

     

     

     


    votre commentaire
  • Les jumeaux de la rue de l'Argonne.

              Le 2 rue Dampierre et le 8 rue de l'Argonne vus de la ligne de la Petite Ceinture. Paris 19ème (juin 2005)

     

    Dans ce secteur du 19ème arrondissement, près du canal Saint-Denis et de la Villette, l'ancienne voie de chemin de fer de la Petite Ceinture a eu bien du mal à se frayer un chemin. Il a fallu, par exemple, la faire passer sur un long viaduc afin d'enjamber les petites rues du quartier de l'Argonne. Et le résultat est quelque peu problématique pour les immeubles en bordure de cette voie ferrée qui passe ainsi à hauteur de leur premier étage.

    Il en va ainsi pour les bâtiments du 2 rue Dampierre et du 8 rue de l'Argonne, deux immeubles jumeaux dont les fenêtres donnent directement sur les rails.
    Mais les jumeaux les plus parfaits n'ont-ils pas quelques différences, si minimes soient-elles ? Regardez bien la photo, n'y-a-t-il pas quelque chose qui cloche … ?


    >> Géolocalisation des immeubles du 2 rue Dampierre et du 8 rue de l'Argonne.

    >> Voir aussi : Aux marges de la ville.

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Gare de la rue d'Avron.

     Station de la Rue d’Avron_Paris 20ème : escalier permettant le passage sous les voies.

     

    Comme tout le reste de la Petite Ceinture, la gare de la rue d'Aron a été fermée en juillet 1934. Depuis cette époque lointaine, les édifices n'ont plus été réutilisés … ni démolis non plus.
    Le bâtiment principal de la Gare de la rue d'Avron est construit au niveau de la rue. En moellons crépis, il a fière allure d'autant plus qu'il a bénéficié récemment d'un ravalement.
    Par contre les équipements du quai sont en piteux état et entièrement couverts de graffitis. Sur les voies, seuls subsistent un quai, un édicule et deux escaliers dont l'un permet de rejoindre la rue et l'autre conduit à un passage en dessous des voies, ce qui permettait autrefois de les traverser en toute sécurité.

    L'Atelier Parisien d'Urbanisme envisage, dans une étude publiée en août 2013, la réutilisation par le tram T8 de ce segment Est de la ligne de la Petite Ceinture.
    La gare de la rue d'Avron pourrait alors rouvrir au public, mais après une sérieuse réhabilitation … il va sans dire !


    >> Autres vues de la Gare de la rue d'Avron.

    >> Sur Parisperdu : Un chemin de fer pas comme les autres ...

    >> La Petite Ceinture sur Parisperdu.


     


    votre commentaire
  • Le Paris de Roger-Viollet

     Scène de rue. Repas sur un camion, devant un commerce de café et de liqueurs. Paris, fin mai 1917.
    © Excelsior – L'Equipe / Rog.

     

    L’agence Roger-Viollet est un grand nom du patrimoine photographique français, connu pour la richesse et la diversité de ses fonds Sa collection de négatifs et de positifs (plus de 6 millions de photos) a été cédée à la ville de Paris en 1985.
    À l’occasion du 80ème anniversaire de la création de l'Agence, les passages couverts de Bercy Village accueillent une trentaine de tirages - en noir & blanc - montrant la capitale des années 1900 aux années 1970.

    En vous rendant à Bercy Village vous pourrez découvrir le Paris du siècle dernier à travers cette exposition qui montre les transformations de la capitale.
    Une belle balade photographique où l'esthétique du noir & blanc fait toujours son effet.


    >> Le Paris de Roger-Viollet. Bercy Village, passages Saint-Émilion et Saint-Vivant (Paris XIIe).

     >> L'agence Roger-Viollet, 6 rue de Seine à Paris 6ème.

    >> L’avenir très flou de l’agence photo Roger-Viollet.

    >> L'agence de presse Roger-Viollet va-t-elle disparaître ?

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires