• On ne se lassera jamais de regarder les images de ces photographes humanistes : celles des célébrissimes Ronis, Doisneau, Boubat, Izis, Brassaï et celles d'auteurs moins connus mais tout aussi représentatifs de ce courant comme Marcel Bovis, René-Jacques, Jean Dieuzaide, Janine Niepce, Sabine Weiss, Jean Marquis, Jean-Philippe Charbonnier, Édith Gérin,  Ina Bandy, André Papillon, Léon Herschtritt, Jean-Louis Swiners ou encore Eric Schwab ...

    Mais qu'est-ce que l'humanisme ?
    L'humanisme est un courant de pensée qui croit en une essence éternelle de l'homme, et place en lui sa foi. Aussi appelle-t-on photographes humanistes, ceux qui témoignent, par leurs images, de la dignité de l'homme et qui, de ce fait, privilégient plus le contenu émotionnel de leurs photographies que leurs formes.

    En France, les photographes "humanistes" ont construit une réelle iconographie nationale, avec ses lieux pittoresques et ses archétypes sociaux tout en dénonçant les réalités d'une époque - misère des banlieues, crise du logement, menaces de guerre - et en relayant luttes et espoirs de l'après-guerre.
    Ils ont en commun d'avoir nourri de leurs images le paysage visuel des Français des années 50-70 et aussi d'avoir su créer un univers culturel fort qui marque encore nos consciences, et qui va de Prévert à Blaise Cendrars, en passant par Blondin ou Marcel Carné...

    Alors allez à la BNF voir l'exposition « La photographie humaniste 1945-1968», c'est une somme bouleversante de tendresse, de finesse et de sensibilité ; un témoignage inestimable d'une époque révolue.

    A son échelle, et en toute modestie, Parisperdu veut s'inscrire dans ce même courant de la photographie testimoniale et humaniste ...

     

     

    >> Autour d'Izis, Boubat, Brassaï, Doisneau, Ronis et les autres ... À la BNF Richelieu / Galerie de photographie - Paris




    2 commentaires

  • A l'occasion de ce premier anniversaire, je voudrais tout d'abord remercier toutes celles et tous ceux qui ont visité ce Photoblog et plus particulièrement les internautes qui m'ont encouragé en me laissant des commentaires ou en m'envoyant des courriels. Quelques uns ont leurs liens ici (voir « Affinités sélectives ... ») et avec d'autres j'ai parfois pu tisser des liens encore plus forts ...
    Merci aussi à Alexandre Boussageon pour sa chronique « Blogs à part » sur France Inter.

    Merci encore à celles et ceux que vous voyez (ou revoyez) ici : Alexandre Romanès, Denise, René, Jessie et Laura, Maurice, Mehdi, Monsieur Meghira, Seiji, Manu, Minelle, Christian Lacroix, Roger, la fille de Bercy, Hélène, Keiko et Kiné. Je remercie sincèrement ces personnes pour nous avoir, tout au long des 12 derniers mois, livré une page ou un instant de leur vie. Toutes ont quelque chose d'exceptionnel.

    En un an, plus de 32 000 internautes auront visité  Parisperdu ... depuis plus de 60 pays différents. Certains sont d'anciens parisiens qui vivent maintenant loin de la capitale et qui viennent virtuellement visiter Paris - grâce à ce blog et à ses liens ....

    Fidèle à son objectif, Parisperdu va continuer à arpenter la ville à la recherche d'espaces promis à la démolition et des personnes dont le destin va en être bouleversé. Tout cela n'est pas pour s'abandonner à une quelconque nostalgie de ce Paris disparu mais pour, encore et toujours, témoigner de l'évolution de la ville et parfois pour en dénoncer les errements ...


    4 commentaires
  •  

     

    C'était le 23 octobre dernier : Parisperdu était élu « Site du jour » ....!

    Merci à la rédaction du « Site du jour ».

     


    1 commentaire

  • Depuis plus de 20 ans, Mis-Tic est la reine incontestée des pochoirs de rue dans Paris.
    Son dessin épuré est immédiatement reconnaissable et ses textes d'accompagnement, volontairement ambigus, sont toujours subtils.
    Son "art mural", par nature éphémère, dégage une réelle puissance d'expression due en grande partie à des textes-slogans rebelles ou un tantinet provocateurs.

    Hors les murs, Miss-Tic montre aussi dans des expositions ses « classiques » : des pochoirs insolites et rendus énigmatiques par la poésie des textes et le jeu des mots.

    Dans Paris, la Miss a ses quartiers de prédilection  ... souvent les mêmes que ceux qu'affectionne Parisperdu qui naturellement est membre de son  Fan-Club avec la carte d'infidélité (sic) N°152 !

    Découvrez une artiste authentiquement populaire ...


    >> Mis-Tic : Site officiel 

    >> Tout sur Miss-Tic 

    >> Fan-Club Miss-Tic: carte d'infidélité N°152





    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires