• Une impasse sécurisée de la villa Faucheur – Paris 20ème – octobre 2005

     

    C'est un lieu un peu spécial, car ici, de tout temps, une certaine agitation a toujours régné.


    Historiquement, la villa Faucheur était une villa de petits artisans, avec son atelier-vedette, celui du céramiste Le Tallec. Créé en 1905, il y resta jusqu'en 1978. Il y avait également là beaucoup de logements modestes, comme dans tous les quartiers ouvriers de l’est parisien.

    En 1978, la villa Faucheur est restructurée et réaménagée afin d'implanter des foyers de la Sonacotra pour les travailleurs migrants. Une école primaire y sera également ouverte.


    Dans les années 80, plusieurs squats, d’une trentaine d’habitants chacun, s'établissent Villa Faucheur. Tous sont "gérés" par le Mouvement Autonome qui se définit comme un organe en lutte pour l’autonomie du prolétariat, un mouvement classé à gauche de l'extrême gauche. On assiste alors, quotidiennement, à de violents affrontements entre résidents et squatters. Finalement, les squats seront purgés et les Autonomes quitteront le quartier.


    Le secteur va par la suite abriter une population immigrée de plus en plus importante, surtout d'origine africaine, ainsi qu'une forte proportion de ménages en situation précaire. Les conditions de logements dans la Villa restent inégales : une moitié du bâti est relativement récent alors que l’autre moitié, datant d’avant 1948, est souvent fortement dégradé.

    Un esprit de cité, de territoire s'installe ici, comme dans les banlieues. La cité "Piat-Faucheur-Envierges" est ce qu'on appelle "un quartier difficile". Elle héberge environ 3000 habitants et l'essentiel des 82 nationalités recensées sur le quartier de Belleville. La cité a même été pendant quelque temps classée en zone urbaine sensible (ZUS). Elle n'a pas bonne réputation dans le "quart Est" de Paris. On déconseille aux nouveaux arrivants de s'y installer. C'est une cité stigmatisée et "stigmatisante". Des trafics en tous genres se déroulent, en permanence, sous le haut porche de la Villa, ils sont souvent suivis de bagarres et de règlements de comptes.

    Nouveaux migrants des années 2000, les "bobos" investissent à leur tour ce quartier du 20ème arrondissement. Aussi, retrouve-t-on aujourd'hui nombre de bourgeois-bohèmes, dans ce labyrinthe de rues tortueuses qu'est la Villa Faucheur. Là, enfermés à l'abri des regards, barricadés derrière des grilles, les bobos goutent au charme "un peu spécial" de ce quartier "ultra-tendance" …



    >> L'Atelier du céramiste Le Tallec.

    >> Le Mouvement Autonome.

    >> Némo à la Villa Faucheur.


    Voir aussi sur Parisperdu :

    >> "Malaise à Belleville".

    >> "Belleville : de la déliquescence à la délinquance ... "

    >> "C'est déjà ça …"

     

     

     

     

     

     

     

     


    12 commentaires
  • Rue du Tunnel: perspective vers la rue des Alouettes  - Paris 19ème -  Juin 1995

     

    Dans la perspective de la rue du Tunnel, le mât émetteur est comme un amer destiné à orienter le promeneur. Dépouillé des ses organes actifs, il y a bien longtemps qu'il n'émet plus rien, car depuis le printemps 1996, une armada de bulldozers a achevé de tirer un trait sur les studios de télévision des Buttes Chaumont situés au pied de ce mât qui, pendant 40 ans, s'est élevé au-dessus des collines de Belleville.

    Ici, se  dressent désormais les immeubles d'habitation d'une énorme opération immobilière. La valeur du site des Buttes-Chaumont avait été estimée à 450 millions de Francs, on ne trouva qu'un seul preneur … à 150 millions, mais ne s'agissait-il pas d'un spécialiste du bâtiment … et de la télé …? Bouygues … bien sûr !

     

    Les studios détruits par Bouygues ont pourtant un glorieux passé qui rend cette opération encore plus scandaleuse.
    C'est ici, en effet, que Léon Gaumont construisit dès 1895 le premier studio de cinéma français. Un immense périmètre, allant de la rue de La Villette à la rue du Plateau et au parc des Buttes-Chaumont, était alors le lieu de travail de quelques 1 500 opérateurs du 7ème art.
    Puis les studios des Buttes furent rachetés et transformés par la Radio Télévision Française qui devient par la suite l'ORTF. Et c'est l'essentiel de l'histoire de la télévision en France qui s'écrivit ici, jusque vers 1985. Toutes les tentatives de sauvegarde d'une mémoire du site par la création, par exemple, d'un musée de la télévision échouèrent et dès 1989, les pelleteuses commencèrent le massacre.

     

    Qu'il a-t-il maintenant de l'autre côté de l'amer ?
    Plus grand chose. Il ne reste des Studios des Buttes-Chaumont que quelques troquets, rescapés de la ceinture de bistrots qui les entouraient et que fréquentaient alors aussi bien les cameramen, les techniciens … que les vedettes du show-business de l'époque.

     

    Seul supplément d'âme dans ce coin de béton plutôt laid, le Centre d’Art Contemporain du Plateau créé ici en 2002, un lieu culturel et social de qualité qui, en plus de ses expositions d'arts plastiques s’ouvre à d’autres champs artistiques, en proposant des soirées de musique contemporaine, des séances de lecture et bien d'autres choses encore …


    >> Le Centre d’Art Contemporain du Plateau : site officiel.

     

     

     

     


    3 commentaires
  • Photo: © Bertrand Prévost

     


    Crise internationale, crise du monde financier, crise des entreprises, mondialisation, délocalisation, crise de l'emploi …

    Des milliards de pertes, mais pour qui ? : les actionnaires, les patrons, les épargnants …

    Des profits, mais pourquoi ? : parachutes dorés, primes pour les traders, stock-options …

    Plan de relance sur plan de relance … Des sommets où le monde politique essaie de rattraper un pouvoir économique non maîtrisé …

    Au milieu de ce cataclysme international où l'on perd tous nos repères, nos valeurs, nos références, nous qui voulons comprendre les responsabilités, tirer les leçons de ces erreurs; seule une tribune ouverte à tous, plurielle, libre, nous évitera de sombrer dans l'obscurantisme, l'extrémisme et toutes ses conséquences.

     

    Dans un monde médiatique, où tout va trop vite via Internet, la photographie a-t-elle encore une place, un rôle à jouer ? La force de la photographie, devenue numérique, réellement instantanée, est d'être un support majeur qui s'exprime dans notre subconscient.

    Au-delà de son message, la photographie est aussi une expression culturelle, un ressenti, une atmosphère et cette qualité reste en ces temps difficiles très prisée par un public toujours plus nombreux sur les photo-blogs, les magazines ou les grandes expositions spécialisés ?
    La photographie peut-elle remettre l'homme au centre du débat, le placer au-dessus de la logique économique, financière qui bien souvent l'écrase ou même tout simplement le nie … ?

    Quelque soit l'actualité, Parisperdu, poursuit sa recherche d'une vision d'un Paris et de ses habitants faite de libre expression et de respect des valeurs essentielles de tolérance et d'humanisme.

    Un grand ancien, récemment disparu nous en a clairement indiqué le chemin …

     

     

    >> Willy Ronis, un grand ancien récemment disparu …

     

    >> Bertrand Prévost, comment être photographe humaniste aujourd'hui ?

     

     

    >> Bertrand Prévost, "Projet des  Parisiens du 19ème."

      

     

     

     


    5 commentaires

  • En hommage à Willy Ronis

     

     

    Fabien rentre de l'école, il dévale "quatre à quatre" l'escalier de la rue de l'Equerre. Aujourd'hui, il est très en retard …

    L'école de Fabien est située en haut de la rue Clavel, son entrée jouxte un bâtiment montrant une mosaïque où l'on lit : "PEIGNES A.MERMET". Il s'est toujours demandé ce que cela voulait bien dire ? Mais Fabien n'a jamais osé en demander la signification à sa maîtresse d'école.

    Pourtant elle lui aurait certainement répondu, qu'il s'agissait d'un vestige de la fabrique artisanale des "Peignes Mermet". Cette  superbe fresque reste, en effet, le seul témoignage de l'ancienne activité industrielle du quartier.

    Lorsque Fabien sort de l'école, il rentre habituellement par le square Bolivar. Un élégant square triangulaire, calme, isolé, un peu hors du monde dans ce coin retiré du 19ème … Puis il prend les escaliers de la rue de l'Equerre, un parcours que ses parents lui demandent de respecter strictement …

    Mais parfois, la tentation est trop forte et, au lieu de descendre le Square Bolivar, Fabien remonte jusqu'à la rue Fessart pour atteindre le parc des buttes Chaumont. Là, il y retrouve ses copains pour jouer au foot …

    Et justement, c'est ce détour qu'il a fait aujourd'hui …
    Fabien sait qu'il va sans doute se faire réprimander par sa mère qui déjà doit l'attendre avec impatience …



    >> Voir aussi sur Parisperdu : "Garage de l'Equerre".

    >> Voir aussi sur Parisperdu : "Square Bolivar".

    >> La mosaïque des "PEIGNES MERMET".

     

     

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires

  • "Les amoureux de la Bastille".
    1957, sur les murs de l'Hôtel de Ville, Paris 2005.
    Portrait WR:  AFP/Gérard Julien

     

     

    Willy Ronis, photographe et amoureux de Paris, nous a quitté samedi 12 septembre. Considéré comme l'un des grands maîtres à penser de la photographie humaniste, il avait 99 ans.

    Je suis ému à l'extrême de ce grand départ. Willy, que j'ai eu la chance de pouvoir croiser à plusieurs reprises au cours de ces quinze dernières années, me laisse le souvenir d'une grande sensibilité, d'une gentillesse hors du commun. C'était un être fait de paix tranquille, qui parlait des hommes aussi bien qu'il les photographiait.

    J'attendais avec crainte le décès inéluctable de mon très cher "Professeur", car c'est grâce à lui que j'ai "la passion" de l'image, et c'est aussi grâce à lui qu'est né Parisperdu.
    Ses photos et la douceur de leurs nuances, la délicatesse de leur lumière, la poésie de leur composition, sont très exactement l'émanation du personnage fait de tendresse et d'imagination que j'ai connu. Avec Ronis, on comprend tout de suite que c'est le photographe qui fait la photo, pas l'appareil...

    Un Grand merci, Willy, pour l'œuvre que vous nous laissez, une œuvre à la hauteur du grand homme que vous resterez. Un grand merci aussi pour l'exemple que vous êtes, car pour les nouvelles générations, Willy Ronis, c'est l'école de la photographie par excellence.
    La relève ne va pas être facile.


    >> En mai dernier,  Willy Ronis racontait les circonstances dans lesquelles il a pris un certain nombre de ses clichés les plus célèbres.

     

     

    • Willy Ronis et Parisperdu

     

    >> La photo de Willy Ronis fait débat …

    >> Willy Ronis fête ses 99 ans aux Rencontres d'Arles.

     

     

     

     

     

     


    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires