• Balade alternative.

     

    Passerelle sur les voies ferrées de la Petite-ceinture - rue de la Mare Paris 20ème


    Non, Paris n’est pas une ville musée. Cette balade alternative va vous prouver que l’on peut aujourd’hui se balader dans la "ville lumière" sans y voir l’ombre d’un touriste.
    Alors, prenez des notes !

    C'est une déambulation originale dans le 20ème arrondissement qui vous est proposée, une balade qui se donne l'objectif d'explorer les secrets de la ville et, loin des sentiers battus, d’aller à la rencontre de ses habitants.
    Un Paris cosmopolite, insolite, fait de cours intérieures et de coins cachés va s'ouvrir à vous.
    Surtout prenez le temps d’ouvrir les yeux et, à la fin de la balade, il est certain que vous verrez Paris différemment …

    Point de départ: la rue Piat, dans le 20ème, précisément à son belvédère où tout Paris s'offre à vous : le point de vue est aussi bluffant que du haut du Sacré-Cœur de Montmartre, avec la foule en moins et sans les vendeurs de pacotilles touristiques.

    De là, cap sur la villa Castel, un endroit secret où le parfum de "Jules et Jim" flotte encore.
    Puis dévalez le passage Plantin, étroit à souhait, son ombre et sa fraîcheur sont délicieuses en plein été. Vous débouchez alors dans la rue des Couronnes, à l'endroit exact où Willy Ronis nous a proposé une vue de l'intérieur d'un bar  - aujourd'hui disparu -  avec une jolie perspective vers la clocher de Notre-Dame de la Croix. En face, la cité Loubeyre vous attend, avec ses anciennes manufactures de chaussures, une des activités de pointe du Belleville des années 50.

    Direction rue de la Mare, vous la descendrez pour arriver à la passerelle métallique qui enjambe la voie ferrée de la Petite Ceinture : un lieu plein de charme mais dont la vie s'est retirée depuis que la gare de Ménilmontant a été rasée.

    En remontant vers la rue de Ménilmontant, une nouvelle perspective s'ouvre à vous, avec en contrebas, la tour Eiffel, si loin, comme dans une autre ville, mitoyenne peut-être …

    Par la rue des Amandiers, dans un secteur modernisé, sans grand charme, il vous faudra chercher votre chemin vers Gambetta. Les rues des Partants et Gasnier-Guy, très pentues ont longtemps résisté à leur inéluctable réhabilitation, elles vous permettront d'atteindre la place Martin-Nadeau qui conserve encore un aspect provincial, près du petit tertre du "Square du Docteur Grancher" sur lequel se tenait le micro-quartier de la rue de la Cloche, aujourd'hui disparu.

    Vous aurez alors bien mérité de prendre un verre à la terrasse d'un café de la place Martin-Nadeau… à moins que vos forces vous permettent encore de pousser jusqu'au Père-Lachaise, tout proche …

    A l'issue de cette balade, vous aurez découvert un petit monde, une sorte de "quatrième dimension", comme un univers nouveau et étrange … mais pour lequel on se prend vite d'affection …


    >> Déjà sur Parisperdu: "Paris n'est pas un musée".

    >> Déjà sur Parisperdu: "Partez en voyage …". 

    >> Déjà sur Parisperdu: "Balade hors des sentiers battus ...".

    >> Carrefour de la rue des Couronnes et de la rue Henri Chevreau - 1947 - Photo: © Willy Roni
    s

      

    « La Place des Fêtes : quelle place ? Quelles fêtes ? (2/2)La nostalgie refait surface quand le présent n'est pas à la hauteur du passé. »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    4
    Jean-Jacques Fourmon
    Mardi 19 Juillet 2011 à 23:41
    Chemin de fer
    Pierre, Aimeriez-vous les voies de chemin de fer autant que je les aime ? J'ai tant traîné à Batignolles "à en perdre le goût de vivre, le goût de l'eau, le goût du pain, et celui du Perlimpinpin"...
    3
    Vendredi 1er Juillet 2011 à 09:36
    Merci !
    Merci Sylvie pour ton commentaire éclairé ... il est vrai que c'est une ballade que tu connais ...
    2
    Sylvie
    Jeudi 30 Juin 2011 à 19:48
    Ballade alternative
    Il n'y a que Parisperdu pour nous offrir une photo comme celle-ci ! Une passerelle au profil vénitien, une lumière douce qui traverse les voies... on se demande si c'est vraiment à Paris, mais si, puisque que l'on peut mettre nos pas dans ceux du photographe, et entamer la "ballade alternative". Comme souvent, l'oeil de Parisperdu magnifie les lieux et les gens, et c'est bien bon à prendre.
    1
    Thomas J.
    Mercredi 29 Juin 2011 à 14:38
    Ce W-E
    Oui, dès ce week-end, je tente votre itinéraire et reviens vous en parler.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :