• La traversée de Belleville … dans les pas de Willy Ronis.

      La traversée de Belleville (Extrait du fascicule publié en 1990 par le Bar Floréal, p. 2-3).

     

    C'est un itinéraire photographique, une déambulation dans Belleville et Ménilmontant, un parcours publié à l'occasion de l'exposition "Willy Ronis" organisée en novembre 1990 à l'Espace Floréal, un lieu emblématique pour les photographes amoureux de Belleville.

    Le parcours s'articule comme suit :

    Départ : Rue des Couronnes à la hauteur du Bar Le Floréal > rue Henri Chevreau > rue de la Mare > place de Ménilmontant > rue des Amandiers > rue des Partants > rue Gasnier Guy > place Martin Nadaud > avenue Gambetta > place Gambetta > rue des Pyrénées > rue du Retrait > rue Laurence Savart > rue Boyer > rue des Cascades > rue des Savies > rue de la Mare > rue des Couronnes > rue du Transvaal > Parc de Belleville > descente par le parc jusqu'à la rue des Couronnes, jusqu'au point de départ du bar Le Floréal.

    Mais le long de ce parcours, je vous conseille de faire de petits crochets - que j'ai tous testé moi-même - pour découvrir d'autres lieux également photographiés par Willy Ronis et qui valent la peine que l'on rallonge la balade.
    Je vous les donne ici en respectant le sens de l'itinéraire de base :

    • Cité A. Loubeyre
    • Impasse du 34 rue Henri Chevreau
    • Passerelle de la rue de la Mare
    • Eglise ND de la Croix
    • Ancien secteur de la rue de la Cloche
    • Passage des Soupirs
    • Passage du Retrait
    • Villa de l'Ermitage
    • Cité Leroy
    • Rue des Envièrges
    • Passage Plantin
    • Cité Castel
    • Rue Piat
    • Rue Julien Lacroix
    • Rue de Pali-Kao

    Alors à vos appareils photos et bonne balade !


    >> Willy Ronis et André Lejarre préparent le parcours.

    >> 49 rue Vilin vu par Ronis (1947) et Doisneau (1953)

    >> Balade alternative, l’itinéraire fondateur de Parisperdu.




     


    1 commentaire
  • Pourquoi les Christo avaient-il choisi le Pont-Neuf ?

    Empaquetage du Pont Neuf (du 22 septembre au 7 octobre 1985) par Christo et Jeanne-Claude.
    Le Pont Neuf de Paris, le plus vieux des ponts de la capitale française, est emballé dans une toile en polyester ocre-jaune
    que les Christo nomment "Pierre de Paris".

     

    Oui, il faut dire "Les Christo" car Christo et son épouse Jeanne-Claude ont formé un couple d’artistes indissociable où Christo est plutôt l'artiste, et Jeanne-Claude l'organisatrice. Leurs réalisations, principalement associées à l’idée d’empaquetage, sont signées par Christo et Jeanne-Claude, les dessins par Christo.

    Christo, de son vrai nom Christo Vladimiroff Javacheff est d'origine bulgare. Fuyant le régime communiste de son pays natal, il s'installe à Paris en 1958. Pour vivre il fait des portraits à l'huile qu'il signe de son nom « Javacheff » et c'est en livrant le portrait de l'épouse du général Jacques de Guillebon, directeur de l'École polytechnique, qu'il rencontre leur fille Jeanne-Claude, une « rousse flamboyante comme empaquetée d'un film plastique » dira-t-il.

    Tous deux sont nés le même jour (le 13 juin 1935) et la légende dira à la même heure ...

    Paris est donc la ville où Christo et Jeanne-Claude se sont rencontrés et le Pont Neuf était leur lieu de rendez-vous. Il fallait donc que ce pont devienne, aussi un jour, leur œuvre d'art …

    Les installations de Christo et Jeanne-Claude ont largement contribué à faire sortir l’art des musées. Par nature, elles sont éphémères : ainsi, les seules traces qui demeurent sont les livres, les photos, les dessins, les collages ou les maquettes, conservées aujourd’hui dans les musées du monde entier et les collections privées.

    Christo et Jeanne-Claude ont travaillé 51 ans ensemble, jusqu'à ce jour de novembre 2009 où Jeanne-Claude est décédée à New York. Elle avait 74 ans.
    Depuis cette date, Christo a continué à travailler sur d'autres projets. Son dernier projet en préparation, l’empaquetage de l’Arc de triomphe à Paris, s’annonçait comme l’un des évènements les plus spectaculaires de la rentrée de septembre 2020. Mais il a été reporté d’un an en raison des incertitudes liées à la pandémie de Covid-19.
    Malheureusement, hier dimanche 31 mai, Christo est décédé, à l’âge de 84 ans.

    La réalisation de l’empaquetage de l’Arc de triomphe à Paris reste « sur les rails » pour la période du 18 septembre au 3 octobre 2021, précise aujourd'hui l’entourage de Christo sur Facebook.


    >> Christo and Jeanne-Claude, site officiel.

    >> Christo et Jeanne-Claude.

    >> Une « rousse flamboyante comme empaquetée d'un film plastique »


    votre commentaire
  •  

    Le jardin des Tuileries déserté _Paris _mars 2020

     

    A Paris, la ville est désertée et le silence s’installe au point de permettre aux Parisiens et Parisiennes d’entendre les oiseaux chanter. C'est l'effet positif du coronavirus.

    Au jardin des Tuileries, les grilles vont rester fermées pendant toute la période du confinement et seules les statues en pierre ou en bronze, immobiles, peuplent l'espace.

    Le site d'information routière Sytadin relève chaque jour 0 kilomètre de bouchons en Ile-de-France, du jamais vu ! Le mot d'ordre en cette période d'épidémie est : "Restez chez vous !" et il semble enfin avoir été entendu …

     

    >> Les consignes du confinement.

     

     

     


    votre commentaire
  • 1000 billets.

     Villa du Danube, 14 novembre 2005 et 22 septembre 2019

     

    Depuis sa création en 2005, 15 ans déjà, voici donc aujourd'hui le 1000ème billet publié par Parisperdu !
    1000 billets, est-ce beaucoup, ou au contraire est-ce peu ?

    Un rapide calcul de la fréquence des "posts" donne un billet tous les 5,5 jours.
    Mon objectif d'un billet tous les 5 jours est donc quasiment atteint, et c'est pour moi, une petite satisfaction.
    Mais que de temps passé derrière l'objectif ou devant le clavier … depuis ce 14 novembre 2005 et ce premier billet intitulé "Villa du Danube" … Aussi, m'a-t-il semblé tout naturel de retourner dans cet étrange quartier parisien de la Mouzaïa et de nouveau à la Villa du Danube, juste pour la publication de ce 1000ème !

     

    >> Villa du Danube, 14 novembre 2005.

     


    1 commentaire
  • Willy Ronis : “Il faut avoir l’œil partout”

    Semaine de Noël, Place du Palais Royal, 1954 ©Willy Ronis

     

    C'est Willy Ronis qui nous parle photo et qui -au passage- donne quelques précieux conseils aux photographes amateurs. Ecoutons-le :

    "Au moment du déclic, il y a toujours l’appréhension. Lorsqu’on travaille sur le vivant, il y a toujours une fugacité génératrice d’angoisse. « Est-ce que j’ai pris le bon moment ? ». Cette angoisse m’a toujours tenaillé.
    Ensuite, il y a le moment du développement. Quand je développe, il y a naturellement la grande inconnue : « Est-ce que j’ai appuyé au bon moment ? N’ai-je pas négligé quelque chose qui, dans le fond, casse complètement l’intérêt de mon image ? Quelque chose qui prend une importance que je n’avais pas prévue au moment où j’ai appuyé ? ».
    Physiologiquement, l’œil n’est pas construit pour embrasser tout le champ visuel avec la même capacité d’analyse. L’œil est un toucher à distance. Et on ne touche qu’un seul objet à la fois. L’œil est incapable de capter en photographie une vision globale : le principal et l’accessoire. Il y a toujours le danger que l’accessoire tue le principal. L’exemple le plus simple, c’est le jeune homme qui photographie sa petite amie dans un jardin et ne fait pas attention qu’elle a un arbre qui lui sort de la tête. L’arbre est à trois mètres derrière mais il regarde la fille, pas ce qu’il y a derrière elle ! Ça, c’est une chose à laquelle il faut toujours avoir l’esprit : que se passe-t-il derrière et sur les côtés ?
    C’est pourquoi j’aime tant les marchés. À mon avis, on touche là la plus haute difficulté photographique. On voit quelque chose d’intéressant mais quelque chose à côté peut tuer complètement ce que l’on voit : ou bien c’est un grand trou – et alors ça casse la composition – ou bien ça n’est pas bon et ça rentre en contradiction avec ce que l’on a voulu exprimer. Il faut avoir l’œil partout.

    Dans ces conditions, avec toutes ces contraintes, la photo parfaite pour moi serait celle où j’aurais pu communiquer à celui qui la regarde l’émotion qui a déterminé le déclic. Je veux faire participer. Je veux montrer quelque chose qui m’a ému et je voudrais que ce soit parfait.
    Donc, les questions formelles sont extrêmement importantes. Je suis un fou de la forme. Pour moi, il ne peut pas y avoir de contenu exprimé s’il n’y a pas une forme complètement châtiée dans tous ses détails. Ou alors… c’est un cas très spécial. Par exemple lorsqu’il n’y a qu’un seul personnage avec un fond inexistant ? A ce moment-là, c’est la simple expression du personnage qui compte. Mais la composition est ce qui requiert mon attention la plus vive.

    Je m’autorise à mettre en scène ou à faire recommencer une situation en reportage commandé, jamais la photo libre. Dans la photo libre, la composition se fait spontanément par le fait du hasard combiné avec votre aptitude à vous placer au bon endroit. Là, on photographie d’abord avec ses pieds. Cette composition sur le vif est évidemment très difficile ".

    A méditer puis à appliquer lors de nos prises de vues !

     

    >> Willy Ronis et Parisperdu.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique