• La Goutte d'or, Babel parisienne.

    La villa Poissonnière - Paris 18ème (1997)


    A la sortie du métro Barbès-Rochechouart, c'est d'abord sa ligne aérienne qui interpelle, fortement présente, elle survole le tracé de l'une des anciennes enceintes de Paris, celle dite "des Fermiers-Généraux".

    Mais Barbès est aussi ce carrefour qui vous immerge immanquablement dans une foule bigarrée, et vous entraine dans un véritable maelström.

    Et Barbès c'est enfin un espace indistinct, une zone transfrontalière du nord de Paris. Décidément, Barbès n'est pas un quartier facile à cerner.


    Tout près pourtant, il y a un véritable quartier, bien identifié lui, centré sur une butte: la Goutte d'Or...
    L'aspect pentu des artères rappelle l'ancienne butte viticole, réputée pour son vin blanc aux reflets dorés: le fameux "goutte d'or ".

    La Goutte d'Or a toujours eu une vocation multiculturelle, a toujours été un lieu d'immigration, une Babel parisienne : d'abord provinciale, puis européenne et finalement aujourd'hui, ce sont les africains qui en constituent le contingent le plus important. Le quartier est désormais colonisé par de petits commerces exotiques et partout règnent les effluves de kebab.

    Un peu plus haut, Montmartre, avec ses touristes et ses familles aisées, est pourtant tout proche et pourrait, vu d'ici, représenter une métaphore de l'ascension sociale !

    Sur le versant nord, la butte de la Goutte d'Or s'échappe en pente douce vers une frontière ferroviaire constituée d'entrepôts et de voies de triage de la Gare du Nord. Les usines de locomotives et autres industries semi-lourdes ont disparu depuis longtemps. Transformé en un Paris africain, il ne reste plus de traces de ce Paris ancien.

    Sauf que tout à coup, surgie de nulle part, vous arrivez à la villa Poissonnière, une étroite artère qui relie les rues Polonceau et de la Goutte d'Or. Elle semble être ici comme le dernier témoin des temps jadis.
    C'est comme à la campagne …  mais Lidl est de l'autre côté de la rue!

     

    >> Voir aussi: "Ballade à La Goutte d'or" par BabelTrip.

    >> Voir aussi sur Parisperdu: "Etrange banalité ..."

     

     

    « Cité Florale, un îlot hors du temps.La cour de la Métairie. »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    2
    Krikri
    Mercredi 24 Avril 2013 à 16:43
    Villa Poissonière
    La villa Poissonière a un charme fou. Alain Bashung n'y était pas insensible puisqu'il y demeurait.
    1
    Samuel
    Mercredi 14 Mars 2012 à 11:20
    Incongrue
    Oui je connais cette villa, totalement incongrue dans cet environnement qui n'a plus rien du titi parisien.
    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :