• La mosquée de la rue Morand.


    Au milieu du terre-plein qui sépare la rue des Trois-couronnes de la rue Jean-Pierre Timbaud, presqu'au niveau de la mosquée de la rue Morand, que l'on ne remarque que par quelques détails: ses quatre ouvertures d'un genre mozarabe et de pauvres paires de souliers quittés par des fidèles, je suis abordé par un jeune homme.

    Il est grand, barbu et sans conteste de type nord-africain. Il se dit intéressé par mon appareil photo, qu'il veut examiner sous toutes les coutures. Serait-il prêt à me l'acheter, qu'il ne s'y prendrait pas autrement ! Je tiens toutefois le reflex fermement par sa courroie car je n'ai aucune confiance en cet inconnu et en ses airs soupçonneux.

    Finalement, il m'avoue pourquoi il m'a abordé. Il ne veut pas que je photographie la sortie des fidèles de la mosquée, en ce vendredi, jour de prières. Je lui dis que je ne suis pas ici pour cela et que mon propos est simplement d'arpenter les quartiers Est de la capitale et de prendre les clichés que le hasard de la balade peut m'offrir.

    - "Ok - me dit-il - mais pas la mosquée".
    - "Pourquoi pas la mosquée ?" 
    C'est la question de trop. Le voilà lancé dans une logorrhée, déversant des flots de paroles, des arguments plus ou moins étayés sur l'impérialisme américain, les martyrs de la Palestine, les juifs qui dominent le monde, les français tous racistes, etc. … et il conclut :
    - "Donc, mon ami, pas la mosquée."

    Mettant fin à cette conversation avec "mon ami", et sans réfuter ses propos, ni accepter sa demande, je passerai devant le lieu de culte en shootant à la volée une rafale de trois images.
    Je vous offre ici la mieux cadrée, au nom de la liberté de circuler dans mon pays: démocratique et laïque!


    >> Voir aussi sur Parisperdu: " Paris-Dakar"

     

    « Droguerie-Bazar.Le secret de ces petits regards. »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    2
    Jeudi 11 Juillet 2013 à 20:41
    très juste !
    très juste ! ce réflexe sournois et puant n'existe pas que chez certains musulmans, mais au nom de toutes sortes de prétextes. Et avec toutes les dérives flicardes, sournoisement totalitaires et orwelliennes que nous distille notre époque, il y a tout un climat qui s'installe, jésuitique et malsain
    1
    Jean-Jacques fourmon
    Mercredi 17 Avril 2013 à 13:48
    Paris n'est pas un territoire !
    Bravo et merci, Pierre, pour votre réaction. Il est navrant de constater que, pour certains, quelles que soient leur convictions, religieuses, philosophiques ou "éthiques", l'espace public est un territoire dont ils doivent d'être les gardiens intransigeants : digicodes et injonctions plus ou moins sucrées sont les moyens de nous tenir à distance. "Mon ami", "mon frère" ou "mes chers concitoyens" sont, au reste, les nouveaux artifices rhétoriques destinés à endormir toute forme de résistance.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :