• Le "boal" : plus fort encore que le "bobo" ... !

     

    Le" trendy" Mama Shelter, Paris 20ème,  repaire de bobos ou de boals ?

    Le "boal" ou bourgeois alternatif va-t-il supplanter le bobo ? Ce nouvel acronyme, inventé récemment par Le Figaro semble bien prendre et pourrait, à terme, éliminer le Bobo devenu trop mainstream …

    Le (ou la) boal est par exemple énarque, mais écoute du punk ; a décroché tous ses tableaux pour leur substituer des photos ; interne ses enfants dans des boîtes privées élitistes, mais leur fait faire de la sophro… Bref, s'il est ultra-bourgeois, il cherche surtout à brouiller les pistes.

    Pour se nourrir, le boal ne va pas manger n'importe quoi, finies les tomates excentriques, du genre Noire de Crimée ou Cornue des Andes, ressuscitées par les maraîchers branchés, il en a soupé ! Sa nouvelle tocade, ce sont les fraises anciennes dont la lignée remonte au moins à un siècle comme la Vicomtesse-Héricart-de-Tury, la grosse Madame-Moutot ou la jolie Capron-Royal, tellement goûteuses et non roturières comme ces vulgaires gariguettes que l'on trouve partout …

    Pour se vêtir, le boal ne portera pas n'importe quoi, par exemple pour les chaussures, il  adoptera, le Kanken, modèle fétiche des écoliers suédois parfaitement "tradi-moderne" et totalement "hype", comme tout ce qui vient de là-bas ! Dans un registre proche, et pour faire un "total thème", il partira à la quête d’une paire de Rivieras, "revival" par une petite marque française de la chaussure à trou-trou de pépé bouliste. Elle aussi est un incontournable.A rechercher pourquoi pas chez Colette, le concept-store bien connu de la rue St Honoré …

    Le (et la) boal n'ont pas les vacances de "Monsieur tout le monde"… Pour un week-end en amoureux, ils fileront à Metz, car depuis l’ouverture de la spectaculaire annexe de Beaubourg en mai dernier, c’est devenu notre Bilbao à nous, et "the place to be" en France ! On n’invente rien, c’est le New York Times qui le proclame et qui classe cette ex-ville de garnison "plan-plan" parmi les 44 destinations de l’année (juste entre Madagascar et la Tasmanie, c’est vous dire…).
    Ou encore, le boal adorera découvrir les villes "autrement", à petites foulées, quand tout le monde dort encore. La tendance "jogging visite" a le vent en poupe, y compris à Paris, de préférence vers 5 heures du mat' (
    www.parisrunningtour.com).

    Mais le top des vacances pour le boal sera de se faire inviter à Pantelleria par des amis qui louent là-bas depuis cinq ans une petite maison néanmoins très chère ! Cette île volcanique située entre la Sicile et la Tunisie, venteuse mais sublime, est en effet le dernier refuge bohème où vivre de câpres et d’olives, loin des foules déchaînées. Évidemment, d’aucuns diront que c’est déjà trop tard… et que si l’on cherche une île perdue, celle de Teshima, dans la mer intérieure de Seto, au Japon, est mille fois plus tendance. Car c’est là que se retrouvent tous les acteurs de l’art contemporain, émoustillés par les multiples projets de musées et de festivals en cours dans l’archipel. C’est un peu loin : à quatre heures de Kyoto, mais tellement conceptuel !

    Le week-end, le boal adoptera la "jardinière attitude" urbaine et totalement "ressourçante". Ainsi, il balancera des graines sur les mornes terre-pleins ou les tristes pourtours d’arbres des villes ! Celles-ci sont censées éclore en poétique plate-bande aléatoire. On en trouvera la recette sur guerilla-gardening-france.fr, le site français de ce mouvement "eco-warrior", né à Londres et qui germe maintenant à Paris, et ailleurs…

    Ainsi, le "bourgeois­ bohème", né en 2000 dans la famille des nouvelles "upper classes", qui a les problèmes du bourgeois mais joue l'insouciant éhonté pourrait bien laisser la place, dans les années 2010 au "bourgeois alternatif" qui assume son étiquette de "bourge" mais s'applique à casser les codes et à brouiller les pistes … un "concept" bien plus subtil.
    Décidément, le "boal", est encore plus fort que le "bobo" … !

     

    >> Êtes-vous bobo ou boal ?

    >> Les bobos, déjà sur Parisperdu…


    « Place de Bitche.Avis de décès. »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    2
    Samedi 22 Janvier 2011 à 17:52
    Sélection
    Nous retenons votre article pour paperblog.
    1
    Lemétayer
    Vendredi 21 Janvier 2011 à 16:01
    Boa ?
    Boal oui pourquoi pas, tant ces bobos sont voraces de tout ... un peu comme des boas ... alors boal? oui mais pourquoi pas boa pour ces bobo-alternatifs ?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :