• Le recyclage des friches parisiennes (11/13) : Dock B.

     

    Le recyclage des friches parisiennes (11/13) : Dock B.

    Dock B. (anciens Magasins Généraux) 1, place de la Pointe, Pantin (93).

     

    C'est un peu l'exception de notre recensement des "friches parisiennes recyclées" car là, nous sommes de l'autre côté du périph'. En effet, les anciens Magasins Généraux sont situés à Pantin, au bord du canal de l'Ourcq.

    A l'origine, c'est un entrepôt de grains et de farine construit en 1929 et qui tourne à plein régime jusque dans les années 50. Une lente mais constante décroissance de son activité débutera dans les années 70, elle durera une trentaine d'années. Et, dès le début des années 2000, le bâtiment est ouvert à tous vents, squatté et livré aux graffeurs …

    Mais, à partir de l'automne 2016 les Magasins Généraux connaissent une deuxième vie. En effet l'édifice, véritable cathédrale de béton armé de 20 000m², accueille désormais - en étages - le siège d’une agence de publicité.
    Et tout dernièrement, son rez-de-chaussée vient d'ouvrir au public, avec un nouveau lieu de vie singulier imaginé par l'équipe de la Bellevilloise. Un lieu où l'on peut se cultiver via des expos, des concerts, des événements…, mais aussi se restaurer en tout-bio, en pâtisseries "healthy" et sans gluten, en "food veggie" … c'est dire si le lieu est tendance !

    Ici rien n’est imposé. On entre par le café, on s’installe en mezzanine, on poursuit ses rendez-vous à table…  Car on est dans un lieu connecté où l’on peut agréablement travailler dans une atmosphère cosy, à mi-chemin entre la fonctionnalité du bureau et la convivialité d’un café.
    Dock B s’ouvre donc maintenant à tous les publics : pour y travailler, s'y retrouver, dîner, se cultiver ou simplement flâner au bord de l’eau…
    Alors, on y va ?


    >> Dock B. site officiel.

    >> Les Magasins généraux, centre de création.

    >> Les Magasins généraux en 1962.

     

     

    « On a retrouvé Victor … !Le recyclage des friches parisiennes (12/13) : Les Grands Voisins. »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    2
    jimbo
    Vendredi 7 Décembre 2018 à 16:52
    Excusez-moi d'avance mais je vais être très amer (pas contre vous), ce bâtiment et l'aménagement de ce quartier représentant à mes yeux tout ce qu'il ne faut pas faire.
    Il y avait des briquettes et du bon gros acier bien industriel, un style qui faisait penser aux pavillons Baltard.
    Maintenant c'est du béton gris terne et de l'alu, plus aucun cachet. Tout le bas du bâtiment (surtout les entrées/sorties de service) a été complètement négligé. C'est aussi beau que l'arrière d'un hypermarché quelconque, côté livraisons.
    Ce bâtiment a montré son plus beau visage durant les longues années où il a été livré à la rouille et aux taggeurs et graffeurs. Il en reste d'ailleurs de très belles photos.
    Pour l'utilisation des lieux, ça ne fera jamais qu'un bâtiment historique de plus dont les Pantinois sont privés. Ça aurait pu devenir un musée de l'histoire industrielle et ouvrière de ce territoire, ou un autre lieu destiné avant tout à accueillir du public, mais bon "agence de pub" c'est tellement plus branchouille dans cette ville qui est dans le top 5 des villes françaises dont le revenu par habitant est le plus décorrélé des prix de l'immobilier (quand tu es Pantinois et que tu veux le rester tu as 4 solutions : hériter, devenir riche, obtenir un HLM soit 5-6 ans d'attente mini, ou vivre dans un clapier insalubre).
    La Bellevilloise, que dire... N'y étant jamais allé quand c'était à Paris, je m'en faisais une certaine idée, un lieu convivial, ouvert avec un côté artiste, anar, rebelle, populaire, créatif. Je m'étais trompé. Je suis allé à la 1ère ouverture lors de leur arrivée aux MG. Un peu de monde mais pas blindé non plus, bar minuscule avec 2 serveurs (étudiants fauchés je vous reconnais), on a mis plus d'une heure pour pour commander une pinte à 7 ou 8 euros. J'ai aussi pris une assiette de charcuterie à 15 euros : une barquette avec une tranche épaisse de jambon blanc, un boudin noir coupé en deux, un gros cornichon, et c'est tout. La salle est immense et froide, pas festive pour deux sous. Le public assez bourgeois fait la gueule et vient avec ses mômes (c'est un bar de soirée je le rappelle). Aucune animation, musicalement on vous mettrait NRJ ce serait pareil. 3-4 font semblant de danser avec un regard blasé en ayant l'air de pas savoir ce qu'ils font là. Les autres discutaillent de sujets qui, vu leurs mines d'enterrement, ont l'air passionnants. Potentialité d'une rencontre proche de zéro.
    En rentrant aux 4 Chemins, mon quartier délaissé où tout le monde pourrait crever sans que ça n'émeuve les aménageurs, je croise le long du canal trois jeunes du quartier Église de Pantin qui discutent. Je les entends parler de moi : "tu vois lui c'est ce genre de bobo (sic) de Paris qui vient investir le quartier avec son oseille, il y a plus que ça ici" etc, etc. Ou comment l'aménagement urbain pensé par des technocrates crée du ressentiment social, du soupçon, du rejet, de la mise à l'écart.
    A moins de 500 mètres à vol d'oiseau c'est la zone. Ma ville me fait de plus en plus penser au Brésil, où les immeubles grand luxe côtoient les favelas les plus sordides.
    Soirée ultra déprimante.
    N'y allez pas, c'est naze.
      • Samedi 15 Décembre 2018 à 16:34

        A Jimbo,

        Merci mille fois pour ton commentaire.
        Mon post se terminait par : "Alors, on y va ?". Et là, tu donne la réponse, et je crois que c'est la bonne, car je suis 200 % d'accord avec ton analys de la situation du quartier et et du lieu.
        Donc Dock B, je souscris : "C'est naze !"

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :