• Les Frigos vont-ils être démolis ?

    Les Frigos en octobre 1995, vus du viaduc de Tolbiac

    Tout autour, c'est le Paris impersonnel, celui des voies express, des immeubles nés de la spéculation immobilière et de l'écrasante Très Grande Bibliothèque avec son esplanade immense, coupée de la ville et de la Seine ... pourtant si proches... un lieu abstrait, hostile... Et au milieu de tout cela, un ilot de vie, de résistance, au "look" détonnant : Les Frigos.

    Depuis les années 80, des artistes ce sont légalement installés ici - ce n'est pas un squat - créant une incroyable cité, un antre bouillonnant de créativité.

    Dès l'entrée, dans un couloir sombre, couvert de graffitis... une pancarte appelle malicieusement à ne pas couvrir les murs de tags... Les nombreuses tuyauteries, rongées par la rouille, qui courent le long des couloirs, témoignent qu'à l'origine, l'on se trouvait ici, au cœur d'un réfrigérateur géant.

    A la fin des années soixante, la disparition des Halles de Paris et l'ouverture du marché de Rungis entraînent l'arrêt de l'activité de ces entrepôts frigorifiques qui, dès lors, sont laissés à l'abandon. Ne bénéficiant d'aucun classement architectural, considérés comme une friche industrielle, ils ont vocation à être détruits car ils sont situés au cœur du périmètre de la ZAC Paris Rive Gauche. Au fur et à mesure de l'édification de nouveaux immeubles sans âme, les Frigos vont perdre à la fois leur vue sur la Seine et la lumière qui baignait les ateliers des artistes. Et maintenant qu'ils sont encerclés par ces bâtiments aux façades vitrées, lisses, ... glaciales et aseptisées; on voit bien que les Frigos sont totalement atypiques et donc pour certains ... plus que dérangeants.
    Alors, les Frigos vont-ils être démolis ?

    Pas si sûr, car grâce à la forte mobilisation au sein des Associations de défense, et en coordination avec les habitants du quartier, les aménageurs qui bétonnent tout autour, ont récemment déclaré aux artistes-locataires : "Vous êtes le germe de vie du futur quartier ".

    Les Frigos, officiellement devenus le pôle artistique du schéma d'aménagement de Paris Rive Gauche, vont-ils pouvoir enfin respirer librement dans un quartier si peu poétique... ?
    En tous cas, pour le "germe de vie", ... cela risque d'être dur, très dur ... !


    >> Les Frigos : histoire complète, visite virtuelle, calendrier des expositions ...

    >> Lettres-ouvertes au maire de Paris et à d'autres personnalités ...

    >> Deux mondes s'opposent, séparés par une ligne de démarcation ... ©Photo :Photigule

    >> Dans les entrailles des Frigos (1)

    >> Dans les entrailles des Frigos (2)

    >> Dans les entrailles des Frigos (3)

    >> Dans les entrailles des Frigos (4)

     

    « Vers une nouvelle géographie urbaine.Position dominante. »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    3
    Hervé
    Lundi 29 Octobre 2007 à 09:11
    Humm !
    Y-a beaucoup à dire sur les frigos où j'ai travaillé pendant près de 10 ans. L'esprit des colocataires a beaucoup changé et par forcement en bien... La faute au boulversonnement de son environnemnt urbain? Peut être... en tout cas la situation ne pourra pas éternellement rester en l'état. Une intégration des Frigos dans ce quartier moderne parait inévitable. On peut le déplorer mais comme vous le dites ainsi va la ville, ainsi va la vie. Merci pour ce splendid blog.
    2
    marie
    Vendredi 26 Octobre 2007 à 10:53
    A conserver..
    Moi je verrai bien conserver les Frigos pour ce qu'ils sont à l'intérieur (l'activité artististique) et faire un emballage extérieur (style super-structure) pour les intégrer visuelement au nouveau quartier, car, quoi qu'on en pense ce quartier est maintenant bien installé, même si son look est effectivement impersonnel.
    1
    Jeudi 25 Octobre 2007 à 09:33
    Un combat perpétuel pour sa sauvegarde
    très bon article, comme d'habitude ;-) Partout en France, les friches industrielles commencent à être sauvegardées dans le cadre d'un programme du ministère de la Culture, Mérimée, visant à les recenser (depuis 1986) et à les protéger si elles représentent un intérêt historique, architectural ou culturel. Ces friches commencent à générer des revenus grâce au tourisme car nombreux sont les gens qui veulent découvrir un site, une région, intelligemment. Alors pourquoi ces frigos ne sont-ils donc pas classés ??? ne se rend-on pas compte que c'est justement leur incongruité dans le "paysage" de ce nouveau quartier qui lui donne tout son sens. Pourquoi ne pas en fair eune MJC, une salle de sport, de réunion des habitants du quartier ou je ne sais pas quoi d'autre ? je pense que c'est aux nouveaux habitants de s'investir et de s'approprier ce lieu si nouveau pour eux et qui est le seul, dans tout cet espace à rappeler encore le passé de Paris (la Grande Bibliothèque est plutôt censée s'ancrer dans le présent, voir le futur). Souhaitons en tout cas que le combat que mènent les associations depuis des années pour sauvegarder les Frigos finisse par se solder par leur préservation ... régulièrement, comme aujourd'hui, nous sommes à 2 doigts d'un échec malgré les nombreuses promesses des politiques ...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :