• "No tag in Stalingrad ... "

    Place de Stalingrad : La Retonde de Claude Nicolas Ledoux sur la place réaménagée par Bernard Huet.

    On peut s’interroger sur la remarquable absence de tags sur la Place de Stalingrad.
    Serait-ce la monumentalité du lieu qui inhiberait la "créativité" des tagueurs ?
    Ou bien ceux-ci adhèrent-ils inconsciemment au style voulu par les deux architectes successifs de la Place: Ledoux et Huet ?
    Ou alors, plus prosaïquement, la mairie ou la Ville nettoient-elles instantanément et en priorité chaque "taggage" à cet endroit ?

    Nous n'avons pas la réponse, mais force est de constater les faits : la Place de Stalingrad n’est jamais tagguée.
    Nous nous permettrons alors une interprétation : elle n’est pas tagguée précisément parce qu’elle est livrée à la "consommation urbaine" de tous, y compris des victimes de la crise, de la drogue, … et des délinquants multicartes … tous trouvent ici une scène nocturne où exhiber leur malheur social et individuel.

    Ces gens qui parfois flirtent avec leur propre disparition, seraient en communication symbolique avec la sobre et sombre Rotonde de Ledoux, un lieu à la solennité incontestable, en quelque sorte: un temple, … leur temple !
    Et, on ne taggue pas son propre temple …


    >> La double vie de la Place Stalingrad.


     

    « La double vie de la Place de Stalingrad.Le petit Paris. »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Jean-Jacques Fourmon
    Samedi 23 Juillet 2011 à 12:30
    No tag ?
    Pierre, Avez-vous remarqué que les monuments historiques sont rarement "taggués" , quel que soit le quartier où il se trouvent ? Font exception les socles des statues et les plaques célébrant la mémoire des grands hommes et des héros, plus obscurs, qui contribuèrent à la libération de Paris. Mais peut-on considérer ces plaques comme des monuments historiques ? A supposer que la mairie de Paris, très diligente, fasse nettoyer les murs et portes des monuments sitôt qu'ils ont été souillés ; il devrait bien cependant rester quelques lieux échappant à cette vigilance. Je pense donc que la "valeur d'ancienneté" de ces monuments agit sur l'inconscient des "taggueurs" comme elle agit sur le touriste ordinaire. Mais peut-être y aura-t-il quelque Erostrate de l'aérosol pour me donner le démenti. Bien à vous.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :