• Qu'est-ce qu'un bistrot authentique ?

    Mélac - Bistrot à vins, Paris 11ème -  Copyright : © Atelier Robert Doisneau

    "Tu viens boire un verre au bistrot du coin ?"
    "Bistrot", le mot magique est lâché, mais son origine exacte est incertaine. Beaucoup ont opté pour une explication exotique, en affirmant que le mot provient du russe "bistro" qui signifie "vite". Lors de l’occupation russe de Paris (1814-1818), les soldats russes, qui n’avaient pas le droit de boire, criaient "bistro, bistro!" afin d’être servi avant que leur supérieur n’arrive.

    Cependant les linguistes ont vite écarté cette hypothèse et ce pour des raisons chronologiques. Il semblerait en effet que ce mot soit un régionalisme importé au 19ème siècle à Paris, pour ensuite être diffusé dans le reste de la France. "Bistrot"  proviendrait donc du poitevin "bistraud", signifiant à l’origine un domestique, puis le domestique du marchand de vin, puis le marchand de vin lui-même et finalement, l'établissement où l’on servait du vin.

    Un bistrot est donc à l’origine un petit établissement où l’on va boire un verre, entre amis. Mais le bistrot peut également faire office de petit restaurant. On y mange alors une nourriture maison, à bon prix, dans un cadre simple et convivial.

    Mais aujourd’hui le mot et le concept "bistrot" sont à la mode et les prix et les menus affichés par certains bistrots parisiens n’ont plus rien à voir avec ceux du petit commerce traditionnel et encore, je ne parle pas des cafés internationaux comme les Havana ou les Starbucks … qui pour moi, ne sont que de vulgaires cafétérias …
    Alors existe-t-il encore, à Paris, des bistrots authentiques ? C'est-à-dire des bistrots qui ne sont pas de simples concepts marketing surfant sur la mode d'un moment, sur un concept à rentabilité optimale, mais des établissements qui sont plutôt l'œuvre d'une vie, celle du patron, d'un homme (ou plus rarement d'une femme), d'un personnage souvent attachant en diable…

    Bref, un lieu où vous recevez un accueil chaleureux du maître ou de la maitresse de maison, où vous allez passer un moment agréable et que vous aurez du mal à quitter ; un lieu où, sans qu'on y prenne garde, on se sent vite chez soi …

    Alors me direz-vous: "Quels sont ces bistrots authentiques, donnez-nous des noms, des adresses … ?"

    Eh bien, voici nos adresses préférées d'authentiques "bistrots" qui sont souvent le cœur vivant d'un quartier, des lieux d'excellence pour se rencontrer, tisser des liens ou bien seulement … rêver devant un verre : 

    • "Chez Mamy", une cantine historique, près de la Bastille,
    • "A l'ami Pierre", un bistrot authentique tenu par Robin Greiner,
    • "Mélac", rue Léon Frot,
    • "Chez Paul",  rue de Charonne,
    • "Le Jean Bart", rue du Faubourg du Temple.

    J'en oublie sûrement d'autres, beaucoup d'autres, pouvant entrer dans ce classement, aussi n'hésitez pas à nous en faire part … ici.


    >> Les 200 meilleurs bistrots de Paris.

    >> Les bistrots, déjà sur Parisperdu.

     

     

    « C'est un tout autre cirque ...Meilleurs voeux ! »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    2
    Jeudi 27 Décembre 2012 à 17:36
    Mes bistrots familiers
    Une petite réaction sur les bistrots que vous citez et qui me sont familiers sauf le Jean Bart que je ne fréquente pas. Chez Mamy a été vendu en juillet 2011 et est devenu un restaurant branché qui ne présente pas grand intérêt sauf peut être entre 8h et 11h seul moment de la journée où les habitués viennent prendre le café en voisins. A l'Ami Pierre est un vrai bistrot de copains et une incontournable adresse du faubourg tout comme le bistrot de l'ami Mélac. J'aurai beaucoup plus de réserves en parlant de Chez Paul qui a perdu toute l'âme qui a fait sa réputation il y a plus de vingt ans. La déco n'a pas changé mais il n'est guère possible de s'accouder au bar pour boire un verre. Le patron est boulimique en affaires et achète de plus en plus d'établissements. Quartier branchouille, clients branchouilles, show bizz et bobos. On vient pour le quartier et la déco et surtout pour être vu. Je travaille chaque semaine pour l'Auvergnat de Paris et je recherche sans cesse des endroits "vrais" il en reste, mais de moins en moins autour de la Bastille. A l'occasion je pourrai vous en citer quelques uns, sans prétention mais qui gardent cette convivialité que j'aime retrouver. Je suis toujours insatisfait et comme Jean-Bernard Pouy, à la recherche du bar parfait. J'aime beaucoup votre blog et vous souhaite une bonne continuation.
    1
    Jean-Jacques Fourmon
    Jeudi 27 Décembre 2012 à 12:45
    Bistrots et bistrots
    Lorsqu'on parle de bistrots, on est toujours un peu nostalgique. On a toujours ce curieux sentiments qui rend toute nouveauté suspecte. On se méfie du "concept", on craint le "toc", on subodore l'arnaque, et on a raison. Il y a peu de vrais bistrots car en ouvrir un ce n'est plus entrer dans le métier, mais faire un investissement. Avec la hausse du prix de l'immobilier, il devenu impossible de vivre convenablement de la limonade si l'on n'a pas de gros capitaux ou un vieux tonton millionnaire. La plupart des patrons de cafés sont aujourd'hui des gérants ou des employés et se soucient de la clientèle comme d'une guigne. Ils ne parlent pas, ne paient le coup à personne et considèrent que le client est roi aussi longtemps qu'il casque et qu'il la ferme. Ne parlons pas des enseignes maudites, des "cafétérias", comme vous le dites si bien, Pierre, qui sont tenues par des esclaves qui rêvent de l'american way of life. Mais où sont les neiges d'antan ?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :