• Rue de Bellièvre et Rue Edmond Flamand ....

     


    A l'angle des rues de Bellièvre et Edmond Flamand une large esplanade pavée s'ouvrait.
    Sur le pan coupé de l'angle des deux rues, se situait le "Bar de la Poste". Ce bistrot était surtout fréquenté par les "manipulants" du centre de tri manuel d'Austerlitz, situé juste en face.

    En 1998, lors de la longue grève du centre de tri Paris Gare Austerlitz, la cinquantaine d'agents, les "Auster", qui refusaient la fermeture avaient fait du "Bar de la Poste" leur quartier général.

    Maintenant, tout est terminé. Le centre de tri manuel a été automatisé. Le bar de la poste a perdu sa raison d'être. Et ce lieu, à la fois paisible et vivant, a été pris dans le maelström de l'opération Paris Rive Gauche.
    Forte de ses 2,5 km : l'Avenue de France et son prolongement : l'avenue Pierre Mendès-France sont venues engloutir la petite esplanade.

    Seule concession au passé ouvrier du site : on construira des logements sociaux à l'angle de la rue Edmond Flamand et de la rue de Bellièvre.

      

    >> En savoir plus sur l'opération Paris Rive Gauche. 

    >> Le nouveau bâti de la rue de Bellièvre

     

     

    « Cour Saint-Emilion.19, rue de Bellièvre. »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    2
    titi
    Lundi 18 Février 2008 à 16:24
    enfance
    de titi sujet:enfance Il y a pas très longtemp je suis parti faire un tour a la rue edmont flament, une rue ou j'ais passer une parti de mon enfance, en y allant je fus déçu de voir a quelle poin elle avait perdu son âme éttouffé par la modernisation. Et en tombant sur ce site je fus choqué de voire a quelle point elle illustré bien l'époque ou j'y vécu.Paris perdu merci beaucoup vous détenez là un bout de mon enfance.
    1
    Sylvie
    Dimanche 19 Novembre 2006 à 18:42
    Poésie nostalgique
    Je viens de faire un petit tour dans Paris Perdu et je trouve plein de nouveautés ! Avec toujours autant de poésie nostalgique qui se dégage. La photo du bar de la Poste devant son esplanade pavée est particulièrement poignante. Et Roger le cheminot avec sa bicyclette nous raconte une bien belle histoire … pour combien de temps encore ? C’est superbe ce travail, et fait avec une justesse de ton et une puissance d’évocation qui me fait revenir régulièrement à ce blog, par pur plaisir. Ma dernière visite m’avait fait rencontrer Maurice Caner, le tapissier, et remonter la rue Gasnier Guy. J’attends la suite … Sylvie
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :