• Garnis et meublés ... "Une chambre en ville" (1/3)


    Grand Hôtel du Lion d'or, rue Houdart Paris 20e


    A Paris, les "garnis", à savoir les hôtels et les maisons meublées destinés à l'origine aux salariés modestes et aux ouvriers débarquant dans la capitale, sont devenus au fil du temps de véritables "bidonvilles en dur". Pourquoi une telle déchéance ?

    Ce secteur des "meublés" a toujours dit la misère, mais il disait aussi l'hospitalité urbaine. C'était un moyen de trouver sa place dans la ville, avec la souplesse du gré à gré, la possibilité d'avoir la clé de sa chambre en cinq minutes.

    Mais aujourd'hui, sous l'effet de la crise du logement, les "meublés" sont occupés par des personnes ou des familles en situation de grandes difficultés: femmes avec enfants en situation de rupture familiale, grandes familles immigrées pas toujours en situation régulière ...
    Bloquées dans une vie au jour le jour, toutes ces personnes ont pour point commun leur précarité sociale et économique, à laquelle s'ajoute celle de leur logement.

    Bref, une voie sans issue, ... mais un parcours à suivre sur Parisperdu.


    >> Le pôle national de
    lutte contre l'habitat indigne.

     

    « Où sont passés les vrais gens ... ?Les "Lieux retrouvés" de Parisperdu. »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Marc Delilles
    Samedi 15 Mars 2008 à 14:08
    Expulsable ...au 15 mars
    Votre billet tombe à point le jour où les locataires précaires sont de nouveau expulsables ...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :