• La "pub" dans les années 60 … 

    Chez Bébert, Spécialité de Choucroute, 1959_ Paris 10°arr. photo: ©Robert Doisneau

    Décembre 1959, le long du boulevard de Strasbourg, à deux pas de la gare de l'Est, Robert Doisneau tombe sur ce traiteur de rue, spécialisé dans la choucroute. Nul doute alors que l'enseigne du commerçant interpelle le grand photographe, car "Bébert", c'est aussi le diminutif de son propre prénom; et puis le slogan publicitaire : "Chez Bébert, c'est du tonnerre" claque … justement comme l'éclair.
    Ah, il faut dire qu'à l'époque point n'est besoin d'agences ou de conseillers en communication pour trouver l'accroche qui fait mouche …
    À cette époque, les slogans publicitaires étaient "faits maison".
    Et, dans la même veine, on aurait pu en trouver d'autres, non moins pertinents:
    "Chez Bébert, on fait pas d'manières et on boit d'la bière"
    "Chez Bébert, y'a pas d'mystère, c'est la choucroute qu'on préfère"

    A vous d'en imaginer d'autres… Le concours est lancé, ci-dessous, en commentaires !




    >> Doisneau sur Parisperdu.


    votre commentaire
  • Comment un quartier se transforme : l'exemple du 10ème arrondissement. 

    179 Rue Saint-Maur, 75010 Paris

     

    Des rues qui se métamorphosent, des commerces qui disparaissent, des prix qui grimpent… A Paris, en quelques années, des quartiers entiers peuvent voir leur identité complètement remise en question.
    Exemple dans le 10ème arrondissement de Paris.

    Considéré jusque dans les années 1990 comme un quartier "mort", le sud du Xe arrondissement de Paris est en pleine transformation. Décrit comme le nouveau paradis "bobo" de la capitale, les grossistes en prêt-à-porter et les salons de coiffures africains ont peu à peu été remplacés par d'innombrables bars à bières et autres cafés festifs … à la mode du moment.

    Seules quelques petites bijouteries fantaisie apportent, avec des enseignes telles "Merveilles & Bagatelles", "Paris Gold" … un peu de diversité à un quartier qui désormais en manque passablement.

     

     

    >> Voir aussi "Gentrification".

     


    7 commentaires
  • 39 rue du Château-d'Eau _ Paris 10ème.

    Dans le 10ème arrondissement, à proximité de la mairie, exactement au n°39 de la rue du Château-d'Eau, se trouve la plus petite maison de Paris.

    Un peu plus d'un mètre de large pour 5 mètres de haut, une boutique au rez-de-chaussée et une pièce pour vivre à l'étage, … voilà une bien étrange résidence !

    Autrefois, à cet emplacement, il y aurait eu un passage entre la rue du Château-d'Eau et la rue du Faubourg-Saint-Martin. Des querelles d'héritage au sujet de ce passage auraient conduit les propriétaires à le boucher par cette maison miniature …

    On ne sait pas si ces faits sont exacts, mais quoiqu'il en soit, le 39 de la rue du Château-d'Eau est désormais répertorié comme "la plus petite maison de Paris".

    A ce titre, elle est en compétition avec le 88 de la rue René Boulanger, également dans le 10ème arrondissement et aussi avec le 13 quai Voltaire où l’on signale "la plus étroite façade d’immeuble de Paris".

    Toutefois, en comparaison du 39 de la rue du Château-d'Eau, ces deux autres adresses semblent avoir d'immenses façades car chacune d'elles atteignent allègrement … les 2,50 m de large !

     

    >>  Le 88 de la rue René Boulanger _ Paris 10ème.

    >> Le 13 quai Voltaire _ Paris 7ème



    2 commentaires
  • Angle de la rue des Vinaigriers et du passage Dubail _Paris 10ème (2010)

    Excentrés, infréquentables? C'est pourtant là que Paris bouge. L'Est parisien prend aujourd'hui sa revanche. Entre atmosphère (encore) populaire et adresses branchées, ces territoires défrichés s'imposent tout d'un coup face au triangle d'or et à la rive gauche.

    De Belleville à Ménilmontant, l'art prend de la hauteur et, progressivement rattrapés par la fièvre d'Oberkampf, ces coins populaires deviennent le terrain de jeu de nombreux artistes et de jeunes galeries concentrées dans un triangle logé entre les stations de métro Belleville, Couronnes et Pyrénées.

    Un peu plus au nord, le quartier Barbès, autour de la Goutte d'Or, reste celui des populations bigarrées, de Tati et du métro aérien. Avec la restauration du cinéma Louxor et l'arrivée de nouvelles enseignes à la pointe de la mode, il prend aujourd'hui un nouvel essor.

    Quand au 10ème arrondissement, il est devenu le fief bobo par excellence.

    Le phénomène de mode, allant du canal Saint-Martin vers le Faubourg Saint-Denis a été rapide. Et, en quelques années, la folie bobo s'est déplacée vers le cœur populaire du 10ème où, jusqu'alors, ­ kebabs et épiceries turques ­ tenaient le haut du pavé.

    Tout a commencé, le long du canal, puis la rue du Faubourg- Saint-Denis a pris le relais avec l'arrivée en nombre de bars branchés très courus. A tel point que certaines terrasses débordent tant, qu'elles doivent contenir leurs clients dans un périmètre délimité par un bandeau de sécurité.

    Entre le boulevard Magenta et le canal Saint-Martin, la rue des Vinaigriers, autrefois tranquille, est l'autre axe majeur de ce 10ème en effervescence. Elle concentre désormais quelques-unes des adresses phares de l'arrondissement: Fabrique à Gâteaux, Cafés, Design Store, magasin de vêtements et de mobilier Design, bars à vins avec ambiance musicale …

    Excentrés ces quartiers ? Peut-être. Excentriques … sûrement.

     

    >> Guide de survie en pays bobo.

     



    1 commentaire
  • La porte Saint-Denis, vue de la rue de Cléry. (Octobre 2010)

    Il ne s'agit pas de portes du périph’ parisien … car le 10ème arrondissement est un quartier situé plutôt au cœur de la capitale. Non, il s’agit ici de deux anciennes portes de Paris, matérialisées par deux arcs de triomphe monumentaux: la porte Saint-Denis et la Porte Saint-Martin.

    Le site Ouest (Saint-Denis) mélange l’habitat, les petites entreprises et le commerce. Le site Est (Saint-Martin) est plus résidentiel avec des immeubles anciens et des logements sociaux HLM.

    Tout ce quartier des Portes est densément peuplé et accueille une grande diversité de nationalités. Et, dans cette forte population immigrée, nombreux sont les candidats à l’asile. De surcroît, on trouve une importante population de "sans abri" dans les squares, aux abords du canal Saint-Martin et de la gare de l’Est.


    Certains axes, comme la rue du Faubourg Saint-Denis, connaissent de fortes concentrations de logements sans confort … voire insalubres. Le quartier compte aussi un grand nombre d'immeubles, d'hôtels meublés et d'hôtels de tourisme pratiquant certes l’hébergement social mais souvent inscrits au plan d’éradication de l’habitat indigne.

    Décidément, vivre près des anciennes portes de Paris n'est pas un luxe …


    >> Le 10ème arrondissement sur Parisperdu.

    >> L'habitat indigne est-il vraiment éradiqué à Paris ?



    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique