• Paris vu par... Jean Douchet (6/7)

    " Saint-Germain des Prés, Paris vu par…" un film de Jean Douchet, (1965)

     

    C'est par l’épisode "Saint-Germain-des-Prés" de Jean Douchet que débute le film à sketches "Paris vu par... ".  Et ce choix parait judicieux car Douchet est alors « la » figure marquante de la « nouvelle vague ».

    Dès le début du film, Jean Douchet de sa voix très précieuse, nous donne une description de ce quartier souvent dénommé « latin ». Là, il suit le parcours - à travers les nombreuses rues - de deux cinéphiles : Katherine et Jean. Tandis qu'il énumère les noms des rues, une deuxième voix, celle d’une jeune femme, annonce quelle célébrité, quel personnage illustre a vécu dans cette artère.

    Enfin, la caméra au bout de deux minutes arrive à bon port. Il filme alors une histoire d'usurpation d’identité où la pauvre Katherine, une étudiante américaine, couche avec Jean qui se prétend étudiant à Science Po et conduit… une Bentley.

    Douchet filme, dans ce court-métrage, le corps de son acteur sous toutes les coutures : il le fait traverser en slip l'appartement, puis le fait se vêtir pour enfin le retrouver plus tard totalement nu…

    A la fin du film, Katherine se rend compte qu'il s'est joué d'elle.

     

    >> Le film (en 5 parties) :

    >> Part.1

    >> Part.2

    >> Part.3

    >> Part.4

    >> Part.5

     


    votre commentaire
  • Suivre Robert Doisneau : une expérience enrichissante…

    rue des Artistes, Paris 14ème

     

    Robert Doisneau, ce grand photographe, est né à Gentilly et il s’est éteint à Montrouge en 1994. C’est dire qu’il a longtemps vécu dans le sud de Paris, un secteur qu’il connait aussi bien pour sa banlieue que pour ses arrondissements périphériques : 14ème et 15éme.

    Cette photo qu’il prend en 1988 est rarement légendée dans les ouvrages qui lui sont consacrés. Mais en arpentant le 14ème arrondissement j’ai retrouvé - par hasard - cet escalier quelque peu vertigineux ! C’est celui… de la rue des Artistes.

    La rue des Artistes est une voie qui débute justement au bas de cet escalier, exactement au 13 de la rue d'Alésia, au niveau du carrefour de l'avenue René-Coty.

    Mais au fait pourquoi ce nom de rue des Artistes ?

    Elle doit son nom au fait que cette voie a longtemps compté une résidence d'artistes. Et, au début du XIXe siècle plusieurs jeunes peintres et sculpteurs (Claude Rameau, Louis Charlot...) sont venus s'y installer.

    Suivre Robert Doisneau est toujours une expérience enrichissante, ne trouvez-vous pas ?

     

    Les artistes de la rue éponyme :

    >> Claude Rameau (peintre)

    >> Louis Charlot (peintre)

     


    votre commentaire
  • Paris vu par... Eric Rohmer (5/7)

      " Place de l'Etoile, Paris vu par..." un film d'Eric Rohmer, (1965)

    Incontestablement des six court-métrages de "Paris vu par…" celui d’Éric Rohmer est le meilleur. On y voit la Place de l'Etoile, un lieu où parisiens au travail se mêlent aux les touristes présents partout sur les douze grandes avenues qui forment une étoile.

    Et pour faire tout le tour de la place, ces piétons doivent subir douze feux rouges, des feux qui ne fonctionnent pas au rythme du piéton comme pour cet homme qui sort du métro. Il s'appelle Jean-Marc (Jean-Michel Rouzière). Il doit aller travailler en face de la bouche de métro. En général son parcours se passe bien mais quand un accroc perturbe le rythme habituel de Jean-Marc c'est toute sa vie qui s’en trouve chamboulée. L'accroc sera un ivrogne (Marcel Gallon) qu'il bouscule et qui réclame des excuses plus importantes que celles données par Jean-Marc. L'ivrogne veut se battre, Jean-Marc se défend, l'ivrogne tombe à terre, assommé par le parapluie de Jean-Marc. Ce dernier finit alors de traverser la place à toute vitesse et reprend sa vie normale.

    Mais désormais, il a peur. Il achète les journaux pour savoir si un avis de décès annonce la mort de son agresseur. Rien. Il passe son temps à lire les faits divers et se rend compte que les parapluies sont dangereux comme le mentionne certains inserts de journaux.

    Jean-Marc a peur de croiser à nouveau l'ivrogne. Jusqu'au jour où l'ivrogne est là dans le métro mais il suffit d'un regard de Jean-Marc pour calmer l’ivrogne. Et quand il sort du métro, son parapluie, l'objet le plus dangereux du parisien, percute celui d'une jeune femme. La suite reste à imaginer…

     

    • Voir le film :

    >> Place de l'Étoile, Eric Rohmer (Paris vu par...) 1965 Part.1

    >> Place de l'Étoile, Eric Rohmer (Paris vu par...) 1965 Part.2 

     

     


    votre commentaire
  • Parisperdu vous présente tous ses meilleurs vœux pour 2024.

     

    Bonne Année ! 

    Happy New Year !  

    Ein Gutes Neues Jahr ! 

    Migliori Auguri !

    Parisperdu vous présente tous ses meilleurs vœux pour 2024.

     

    Gardons le contact toute l’année en nous retrouvant régulièrement sur Parisperdu,
    et aussi sur le groupe Facebook : "Paris Hier, aujourd'hui … demain" animé par Parisperdu, 
    le photo blog des amoureux de Paris.


    votre commentaire
  •  Paris vu par... Jean-Daniel Pollet (4/7)

     " Rue Saint-Denis, Paris vu par..." un film de Jean-Daniel Pollet, (1965)

     

    Avec "Rue Saint-Denis" Jean-Daniel Pollet signe sans doute le court-métrage le plus singulier du film "Paris vu par… ". Le seul, en tout cas, à ne proposer aucun plan long de la capitale !

    Alors que la rue parisienne doit être le terrain de jeu privilégié des réalisateurs de La Nouvelle Vague dans "Paris vu par…", Pollet tord les règles de la commande et se claquemure dans un modeste appartement parisien. La rue Saint-Denis ne sera évoquée que par l’intermédiaire d’une prostituée gouailleuse avec sa voix de Titi parisienne (la très drôle Micheline Dax) qu’a fait monter chez lui Léon, un commis de cuisine timide, effacé et qui va préparer à manger à son "invitée", discuter de la pluie et du beau temps avec elle, repoussant ainsi indéfiniment le moment du passage à l’acte.

    Elle a faim. Ils s'installent à table, face à face, ils mangent des spaghettis. Elle veut lire les faits divers : ça tombe bien il a France Soir. Mais il faut bien y aller, il faut aller sur le lit pour coucher. Elle enlève son chemisier. Léon s'installe à son côté sur le lit. Quand c'est le moment : fondu au noir… au spectateur d'imaginer la suite.

    Dans "Rue Saint-Denis" Jean-Daniel Pollet observe tendrement ce duo comique : la « professionnelle » bavarde et le client mutique interprété par Claude Melki, clown triste dont la pantomime mélancolique évoque Buster Keaton. Melki est l'acteur fétiche du cinéaste, qui le dirigera plusieurs fois.
    Jean-Daniel Pollet ne filme peut-être pas Paris et pourtant on sent le monde alentour vibrer dans ce moment suspendu, cet instant partagé entre deux solitudes, réunies par une misère autant affective que sociale.

     

    >> Le film (en 3 parties) :

    Part.1

    Part.2

    Part.3

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique