• La violence des démolitions forcées.

    "Maison clou" à Chongqing en 2007.


    Parisperdu regrette souvent les démolitions sauvages qu'ont connu et que connaissent encore les quartiers Est de la capitale.
    Pourtant ces faits peuvent paraître relativement secondaires si l'on compare la situation parisienne avec celle que vivent des chinois de Pékin et d'un peu partout en Chine.

    Dans l'empire du milieu, la violence des démolitions forcées a conduit un internaute chinois à dresser "une carte du sang" de l'immobilier chinois ... !
    Cette carte répertorie les incidents violents auxquels ont donné lieu des expulsions en Chine.

    L'auteur, qui a pris le pseudonyme de Xuefangditu, ou "carte de sang de l'immobilier" , incite les internautes à "refuser d'acheter les logements où le sang a coulé".
    Sur Google Map, son
    site , consacré "à toutes les existences qui ont pâti de l'ultra-rapide processus d'urbanisation chinoise" (sic), reçoit chaque jour, depuis sa création en octobre dernier, un nombre croissant de visiteurs ...


    En cliquant sur chacun des évènements répertoriés, on peut
    lire les détails de l'affaire, et des liens renvoient à d'autres sources.

    Ainsi, la date du 8 avril 2010, renvoie à la mort du directeur de la commission de construction, au sein d'un district de la ville Fushun, dans le Liaoning. Le fonctionnaire, chargé de la démolition, a été assassiné à l'arme blanche par Yang Yi, le propriétaire d'une "maison clou", appelée ainsi car il refusait de bouger.
    Quatre ans auparavant, les démolisseurs avaient battu à mort le fils du voisin de Yang Yi, âgé de 24 ans.

    Le 20 août 2010, à Kunming, dans le Yunnan, He Yuqiong, une femme qui résistait aux démolisseurs, avec mère et enfants, dans leur "maison clou" de Kunming, une résidence de 6 étages que la famille avait construite, a fait exploser une bouteille de gaz. Une dizaine de personnes ont été blessés. He Yuqiong est décédée des suites de ses blessures. La famille avait accroché aux fenêtres une grande banderole, sur laquelle était écrit : "nous vivrons avec notre maison, ou nous mourrons avec elle" !

    Bien souvent désormais, la politique et l'économie procèdent d'une même logique où l'humain n'existe plus.
    Ici comme ailleurs, les puissants décident avec pour conséquence : du sang et des larmes …




    >> Le site de Xuefangditu, ou "carte de sang de l'immobilier".

    >> Lire aussi sur Parisperdu : "Démolition des murs ... démolition des vies"

     



    « Dans la "jungle" des panneaux publicitaires.Est-ce encore la rue Watt ... ? »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Li
    Jeudi 10 Mars 2011 à 13:44
    Traduction
    je peux vous traduire le site: 血房地图开放版 Si vous voulez.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :