• Le plan Voisin: une catastrophe à laquelle on a échappé …

     

    Le plan Voisin: une catastrophe à laquelle on a échappé …

    L'impact du Plan voisin, vu du pont du Carrousel

     

    Charles-Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier, est à l’honneur au Centre Pompidou, dans le cadre de l’exposition "Mesures de l’homme". Mais, cinquante ans après sa mort, l'architecte de la modernité, rassemble autant qu'il divise.

    A l'occasion du débat d'actualité sur les tours à Paris, il me semble opportun de revenir sur l'un de ses plus célèbres projets architecturaux (ou plutôt urbanistique) non réalisés: "le Plan Voisin".

    Ce projet, qui peut paraître dément aujourd'hui, proposé par Le Corbusier en 1925, mais auquel il travailla jusque dans les années 40, a eu une considérable influence sur l'urbanisation parisienne des années 50-60. Reprenant un de ses projets théoriques pour une sorte de ville clé en main "de trois millions d'habitants", concept issu de sa vision totalement industrialisée de la construction, Le Corbusier y prévoyait, en gros, la destruction d'un petit quart de Paris, pour y faire un maxi-Front de Seine, en plus grand et en plus radical, un genre de Hong Kong sur-densifié à la soviétique. Mais la seconde guerre mondiale va opportunément en repousser la réalisation sine die.

    Nous, qui voyons dans l'affreuse Défense un abcès de fixation indispensable, un moindre mal, qui permet de cantonner les horreurs dans une zone dédiée, ne voulons pas cependant, ne voir dans le plan Voisin qu'une catastrophe à laquelle on a échappé, un simple document anachronique, un dessin d'urbanisme-fiction de plus dont les étudiants en architecture raffolent. On est en effet au contraire étonné, de voir à quel point les arguments des promoteurs actuels des tours sont proches de ces idées d'il y a presque un siècle: jouer avec la densité pour épargner l'espace au sol, séparation des voies de circulation et des habitations, urbanisme concerté, mégalomanie du "silhouettage", ingénierie sociale, et j'en passe ....

    L'image ci-dessus montre l'impact du Plan voisin, vu du pont du Carrousel. On voit se dresser, derrière le Louvre que le célèbre architecte consentait à épargner, quelques unes des 18 tours cruciformes de 200 m de haut (hauteur de la Tour Montparnasse). Inutile d'insister sur l'aspect général, particulièrement hideux, qu'aurait eu cette ville. Il en aurait été fini de Paris, connue dans le monde entier pour sa beauté et son romantisme.


    >> L'expo au Centre Beaubourg, jusqu’au 3 août 2015.

    >> Le plan Voisin de Le Corbusier.

     

     

     

    « Feue "La Miroiterie".Paris par les plus petits des chemins … »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    6
    Marie-Françoise Lev
    Mardi 7 Juillet 2015 à 19:24

    Ouf !! Il faut savoir que sans la déclaration de guerre en 1939, c'était parti, oui, Le Corbusier était "un fada"...

    5
    Sarah Kuster
    Mardi 7 Juillet 2015 à 13:49

    Tombé sur la tête Le Corbusier !

    4
    Anthony Pascal
    Mardi 7 Juillet 2015 à 12:44

     Beaucoup de capitales qui n'ont pas su (ou voulu) préserver leur patrimoine et leur histoire ressemblent exactement à ça. J'ai un peu l'impression de voir une photo de Londres par exemple.

    3
    Barbara Johanna Halm
    Mardi 7 Juillet 2015 à 12:43

     Affreux !!!

    2
    Maxime Maxipédia
    Mardi 7 Juillet 2015 à 12:42

     Déjà que le front de Seine côté Beaugrenelle est d'une mocheté sans nom (Heureusement qu'il est en travaux en ce moment) mais voir ça dans tout Paris argh ...

    1
    François Pons
    Mardi 7 Juillet 2015 à 12:42

     Effectivement, on l'a échappé belle !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :