• Paris demande à être gracié ...

    Terrain vague de l'impasse Truillot _ Paris 11ème (2008).

    Depuis des siècles Paris a été fait d'enceintes que l'on détruit, d'ajouts, de substitutions … de rues ou d'avenues que l'on perce, de jardins ou de parcs que l'on crée.

    Tous ces bouleversements ont toutefois été conduits dans une certaine continuité jusqu'aux années 1960 où l'on a saigné à blanc les quartiers Italie et  place des Fêtes, brisant par là-même le processus qui avait jusque-là permis à la ville de grandir, de rajeunir et de se transformer sans que ses habitants se posent trop de questions.

    Par ces opérations, on venait de casser le modèle haussmannien, qui consistait à prolonger la ville en s'alignant sur les gabarits existants. Etait-ce un bien ? Etait-ce un mal ?

    Bien sûr on ne demande pas d'arrêter de construire, mais on ne peut que remarquer que désormais deux limites sont atteintes: celle de ce long périphérique qui fige et arrête la ville, mais aussi celle de ces jardins, de ces vignes, de ces champs que Paris a vu disparaître pas à pas, jours après jours, depuis des siècles et dont les dernières cours, les dernières voies ferrées, les rares derniers terrains vagues sont tout ce qu'il nous reste …

    Alors aujourd'hui, ce que nous demandons simplement, c'est de gracier ce vide.


    >> Voir sur Parisperdu "Pour un urbanisme retardataire".

    >> Démolitions, reconstructions, la ville en chantier.

     


    « Les Cours de l'Industrie.Autour du "Ballon rouge". »

  • Commentaires

    1
    Henri G.
    Jeudi 10 Juillet 2014 à 16:00
    Massacre
    Et encore s'il n'y avait que les quartiers Italie et place des Fêtes, mais de nombreux autres endroits de la capitale ont été massacrés !
    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :