• Passage Goix : une voie sordide …


    Kiné presse le pas pour rentrer chez elle. Elle habite ici, 6-8, passage Goix - avec son mari et leurs quatre enfants - au Grand Hôtel des Vosges. Un "meublé" voué à la démolition comme la plupart des autres bâtiments extrêmement dégradés de cet îlot situé au cœur du quartier Stalingrad.

    De ses fenêtres le spectacle est permanent. Un terrain vague baptisé "la jungle", massif broussailleux mal défendu par des palissades en tôle, sert de "chambre de shoot". S'aventurer au milieu de ce champ d'immondices, s'avère particulièrement dangereux tant le sol est jonché de seringues et de cuillères ... Le passage Goix, cette sinistre ruelle, est devenu une zone interdite: qu'on s'en approche, qu'on y risque un regard appuyé, et un homme s'avance, vient vous demander d'un ton rogue ce que vous voulez.

    Kiné et sa famille vivent ici dans des conditions invraisemblables : l'extrême délabrement des lieux, la présence permanente de dealers, de drogués, de squatters, les intrusions incessantes dans leur immeuble, ... sans parler des rats et du saturnisme qui menace ses enfants ... tout cela devient très vite insupportable. Mais quand on est clandestin il faut tout supporter : c'est le prix à payer.

    Vu du Sénégal, Paris ne ressemblait pas du tout au Passage Goix ...



    >> Le nouveau passage Goix   

      
    >> Le quartier est aujourd'hui entièrement réhabilité



    « Manu et ses copains « graffeurs » en action sur le site des Frigos. Rue Ernest Roche. »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    5
    Flo
    Vendredi 3 Novembre à 21:13

    j'ai vécu mon enfance au 3 passage Goix, dans les années 63, ce n'était pas le luxe à l'époque mais on y était bien, c'était comme une petite famille, l'immeuble était propre l'appartement petit sans salle de bain et wc sur le pallier . J'y suis revenue une fois pendant les travaux, j'ai trouvé que c'était laid et froid. 

    4
    Vendredi 6 Octobre 2006 à 09:30
    Sans Papier
    Très beau cet article sur le passage Goix. Je voulais le faire depuis longtemps, je viens de le faire, je t'ai mis en lien dans "les voisins de la Place-des-fêtes" Le boulot est immense, les familles que nous soutenons sont désespérées, les réponses de la préfecture sont souvent négatives. J'ai produit cet été le film de Bettina Glasen sur une famille de sans-papiers et où une cité entière à Chaumont sur Loire s'est mobilisée pour la soutenir. Je pense trouver une salle pour le projeter, je t'enverrai une invitation si cela t'interesse. Ton blog est très beau , continue. Sarah
    3
    meta-blouse
    Mercredi 20 Septembre 2006 à 11:57
    éh oui ...
    Je trouve le nouveau passage très laid, informel, sans charme. C'est toujours pareil, le même système : on laisse un vieux quartier mourir, se dégrader, jusqu’à ce qu'il devienne intolérable d'y vivre, ou à la vue. Forcément tout le monde réclame sa destruction, forcément il n'y a plus que ça à faire, et si en plus il y a des dealers ! Et voilà les "arkithèctes" nos nouveaux héros ! Ceux qui ont tellement "pensé" notre vie qu'on a plus besoin d'y penser nous mêmes. Sûr, ils vont tout arranger !
    2
    Lundi 17 Juillet 2006 à 20:34
    Kine et les "sans-papiers"
    concernant Kine et sa famille c'est exactement la même question qui me vient à l'esprit... avec une réponse identique. Mais en ce qui concerne le bon usage de mon blog contre ces injustices j'ai envie de dire comme Voltaire sur l'Affaire Callas : "criez et faites crier"...
    1
    Mardi 11 Juillet 2006 à 18:44
    éspoir....?
    J'éspère que Kiné vit encore là et à trouver un appart spacieux et agréable...mais mon petit doigt me dit qu'elle est probablement dans un autre hotel sordid en attendant des papiers,des justificatifs et doit avoir peur que ses enfants seraient expulser vers le Senegal avant avoir fini leur scolarisation....ce sont des sujets que j'évite encore de traiter dans mon blog..
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :