• Rêveries du promeneur solitaire.

    Rue Georges Lardennois 75019 Paris - Juin 1995


    " Je gagnai les hauteurs de Ménilmontant, et de là prenant les sentiers à travers les vignes et les prairies, je traversai jusqu'à Charonne le riant paysage qui sépare ces deux villages... "
    Jean-Jacques Rousseau / "Les Rêveries du promeneur solitaire" (1782).

    Disons-le tout net, aujourd'hui encore, se promener sur la butte Bergeyre, c'est découvrir un lieu hors du temps.

    Plus de prairies et de riants paysages bien sûr, mais les vignes sont toujours là ... Tout ici peut encore conduire à la rêverie, le promeneur d'aujourd'hui qui s'aventure - en solitaire ou non - dans ce quartier isolé, quelque peu suranné ... et quasiment improbable ...

    Serait-ce alors un privilège dû aux quelque 90 mètres d'altitude de la butte Bergeyre ? 
    Peut-être, ... en tout cas ici, le rêve est à portée de main, ... A découvrir d'urgence !


    >> Voir aussi, le site des habitants de la butte ...

    « A Georges et à Léon-Paul ...Bonne Année ... ! »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Phil
    Vendredi 28 Décembre 2007 à 10:27
    Sur la butte ...
    J'y cours sur cette autre butte parisienne.. et de là on voit l'autre butte bien plus célèbre ...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :