• A Port-Vendres, la "belle endormie", la vie tourne au ralenti.

    Port-Vendres (Pyrénées-Orientales), le hameau et la plage du Fourat.

     

    Les touristes viennent ici pour la "tranquillité", le "calme", l'arrière-pays vallonné et les plages. Sur la Côte Vermeille, cette petite bande de terre, qui doit son nom à la couleur de sa roche au soleil, vous pouvez passer de 1000 mètres d'altitude en montagne à 1000 mètres de profondeur sous la mer … et ici, on sait calculer exactement ce genre de dénivellations car c'est à Port-Vendres, grâce au savant local François Arago, que se situe le "point zéro" de la France, le point de référence pour le calcul de toutes les altitudes.


    A l'extérieur de la ville se trouve la baie de Paulilles, sur le site d'une ancienne usine de dynamite Nobel. Les baraquements et l'ancienne cheminée témoignent de son activité passée. Les lieux ont été transformés en musée et le site aménagé par le Conservatoire du Littoral est un véritable Eden. 
    Pourtant les Port-Vendrais aiment aller ailleurs. Les initiés vont jusqu'à la plage du Fourat. "Un lieu qui ne devrait pas exister",  dixit Jean Barrere, alias Ninou, "maire" autoproclamé du hameau qui s'y est construit. "La commune libre du Fourat", avec sa dizaine de maisons face à la méditerranée a un charme fou.


    Mais les habitants de Port-Vendres n'ont, en réalité, même pas à sortir de leur ville. En poussant leur chemin derrière la gare maritime, sur la route de la jetée, en face du port, ils connaissent l'emplacement de quelques plages secrètes, après l'anse des Tamarins, au pied de la redoute Béar qui surplombe la baie.
    À cause de l'activité maritime, il est interdit de s'y baigner. Mais ceux qui font le chemin, discrètement, bravent l'interdit, en toute tranquillité.


    En effet, ici l'on reste discret et l'on conserve l'esprit d'un village à l'abri du tourisme de masse, préservé du béton avec ses maisons couleur ocre.

    Ici, la vie tourne au ralenti …et comme le dit un proverbe catalan :
    "Si Axio es guerre, que may vuigui pau."
    "Si ça, c'est la guerre, que jamais ne vienne la paix" …



    >>Port-Vendres, déjà sur Parisperdu (1) 

    >>Port-Vendres, déjà sur Parisperdu (2) 


     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Parisperdu pour les nuls (5/5): " Des Epinettes aux alentours du canal de l'Ourcq "Belleville ... sud. »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Etienne
    Vendredi 30 Juillet 2010 à 18:14
    Vacances
    Bonnes vacances je connais le coin, c'est magnifique
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :