• Bref entretien, rue Miguel Hidalgo.

    17 rue Miguel Hidalgo -Paris 19ème

    Sortant du métro Danube, j'emprunte la rue Miguel Hidalgo, le nom me dit quelque chose, ne s'agit-il pas de ce footballeur français devenu entraîneur national dans les années 70 ?
    Non, celui-là se prénommait Michel, alors que ce Miguel est un obscur général mexicain …

    Je veux prendre la première impasse qui semble s'offrir à moi, sur ma droite: la villa Maurice-Rollinat. Une espèce de vigile m'en interdit l'accès. Il porte une boucle d'oreille et à la ceinture, d'autres accessoires plus inquiétants.

    La conclusion de notre entretien, plutôt brusque, est que "c'est privé", un point c'est tout. Je l'assommerais bien sans scrupule au milieu de la chaussée déserte mais c'est lui qui détient les muscles et une matraque en caoutchouc.

    Le mieux est de passer son chemin. Je poursuis donc ma route à la recherche de lieux plus apaisés. Au 17, de la rue Miguel Hidalgo, une petite plaque émaillée signale que: "Les boîtes aux lettres du 17 rue Miguel Hidalgo se trouvent 2 villa Laforgue, après le pilier d'angle". Allons-y pour la villa Jules Laforgue. Elle semble en effet bien accueillante, avec son poteau de travers et ses frondaisons désordonnées. Et là, l'entrée est autorisée au public …


    >>  "C'est privé" !

     

    « La musique par un chemin détourné ...Paris' new style. »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    3
    Joëlle Gourronc
    Mercredi 15 Octobre 2014 à 11:02
    C'est privé
    Et qui vit dans ce "c'est privé"??? Pour pouvoir se payer un type à matraque...
    2
    Jean-jacques Fourmon
    Vendredi 2 Novembre 2012 à 22:56
    Privé
    Ah ! ces cours, ces villas, ces passages devenus "privés", inaccessibles par la "grâce" de l'argent et de la technique - quand ce n'est pas sous une protection musclée - comme ils donnent à ceux qui les possèdent le sentiment d'être des "propriétaires" à la manière des bourgeois du XIXe siècle ! Vous verrez qu'un jour les trottoirs seront privés et qu'il nous faudra nous contenter des caniveaux.
    1
    Louis
    Jeudi 1er Novembre 2012 à 17:37
    balaize
    moi aussi je n'aurais pas discuté avec ce vigile !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :