• La Forge Royale ne répond plus ...

    23 rue de la Forge Royale, 75011 Paris

    Avec tous ces rideaux de fer tirés devant les devantures des petits artisans ou commerçants, avec cette multitude de panonceaux "Locaux disponibles", on comprend vite que le quartier est en pleine mutation.

    Au carrefour de la rue Candie, ponctué d'un érable et d'un marronnier, la rue se rétrécit, les immeubles se font plus bas, seuls le restaurant "A la banane ivoirienne" et l'échoppe du  restaurateur de meubles "vernis au tampon"… semblent avoir été toujours là.

    Plus loin, un club distillant de la musique arabe et un "brunch-jazz" commencent à redonner un semblant de vie à la rue, peu évident dans la journée car ces établissements n'ouvrent guère avant 22-23 heures.

    Il faut dire que dans ce secteur, les enseignes commencent à dater: la Sté Morse-Radio avait son atelier de réparation au 23 de la rue et même si sur son fronton, il est précisé que "le Siège social et le Magasin de vente" sont au 173 rue du Temple … il est évident que la précision est obsolète car, aujourd'hui à l'heure du multiplexage satellitaire, l'activité autour du code morse ne fait plus vivre personne …

    Hergé avait écrit "Le Manitoba ne répond plus", ici rue Forge Royale, la "Morse-Radio" ne répond plus non plus …


    >> A la Banane ivoirienne

     

     

    « Paris comme New-York ... ?Impasse Louis Robert . »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    2
    Vendredi 22 Février 2013 à 12:21
    Morse
    En 2008 ça répondait encore.
    1
    Jean-Jacques Fourmon
    Jeudi 21 Février 2013 à 20:07
    Une petite mort
    L'enseigne qui figure au premier plan de cette photo m'émeut particulièrement. Elle me rappelle mon père, dont le souvenir demeure en partie attaché à une semblable enseigne. La mort lente ou subite de ce type de commerce, après avoir affecté la Capitale, est en train de détruire le tissu social des villes de province. Les monstres commerciaux qui volent l'âme de la périphérie des cités tuent deux fois. Le salut vient de petits entrepreneurs immigrés dont la frugalité permet encore de résister aux assauts du Moloch. Mais pour combien de temps ?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :