• Les nouveaux marchés de la misère.

    Métro Barbès _Paris 18ème _Mars 2011 (© Photo: Action Barbès)


    Au métro Barbès, le samedi, mais aussi aux portes Nord et Est de Paris, comme à la Porte Montmartre, par exemple, se tiennent des marchés d'un nouveau type.

    Depuis longtemps, on pouvait trouver-là des vêtements, des chaussures, des couches culottes, … mais maintenant ce sont des produits alimentaires que l'on y vend et achète, à la sauvette.
    50 centimes le camembert, ou la boîte de petits pois … on y revend aussi des produits avariés ou dont la date limite de consommation est largement dépassée …

    On se bagarre pour une place, c'est un marché sans foi ni loi, où la communication est difficile car les vendeurs s'expriment souvent uniquement dans la langue de leur pays d'origine. La police les chasse parfois mais ils se déplacent alors seulement de quelques mètres. Et, pour ne pas être pris en flagrant délit, il suffit de ne pas déballer la marchandise.

    D'où viennent ces produits ?

    Souvent, ils ont été trouvés à la poubelle. Mais certains revendent les dons qu'ils ont obtenus auprès des Restos du cœur ou du Secours populaire … D'autres vont encore plus loin pour gagner plus: ils volent dans les magasins des denrées plus haut de gamme et les revendent à moitié prix, faisant fi de la loi qui punit le vol à l'étalage d'une peine de 3 ans de prison. Car souvent pour les vendeurs de ces marchés de la misère, il s'agit d'une question de survie, pour compléter de maigres allocations ou une petite retraite. Les plus actifs peuvent ainsi gagner jusqu'à 200 € par mois.

    Mais qui achète ?

    C'est une clientèle d'habitués : des chômeurs, des sans-papier, des personnes âgées sans beaucoup de ressources … l'hygiène ou la qualité des produits n'est pas leur souci premier; le prix par contre, oui …
    Et le business n'est pas prêt de s'arrêter car, initiés à Paris, ces marchés fleurissent désormais dans toutes les grandes villes de France.
    Quand on sait que le pourcentage des français qui vivent sous le seuil de pauvreté est en constante augmentation depuis 4 ans, les marchés de la misère semblent, malheureusement avoir de l'avenir.



    >> Déjà sur Parisperdu: "Carré des biffins".

     

     

    « La place "sans nom" !9ème arrondissement : l'attirance des lointains mal connus ... »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    3
    Mercredi 10 Avril 2013 à 08:51
    Monde cruel
    Ce monde est bien cruel ...
    2
    Mercredi 13 Février 2013 à 17:13
    L'école de barbès
    Je connaissais les puces de Barbès, mais pas son marché au noir. C'est vrai que sur la photo, y a un côté très chaotique. Le roi prof
    1
    Rebron J.
    Samedi 2 Février 2013 à 11:39
    Seuil de pauvreté
    là, on est bien en dessous du seuil... notre société conduit certains aux portes de l'enfer !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :