• Passage de la Duée.

    Passage de la Duée - Paris 20ème_ Juillet 1995

    Ce n'est pas une ruelle, ni même une allée, … un sentier peut-être ? 
    En tout cas, cet étroit passage a longtemps été en compétition pour le titre de la "voie la plus étroite de Paris". Ses concurrents avaient alors pour nom: le sentier des Merisiers dans le 12e arrondissement et la rue du Chat-qui-Pêche, dans le 5e.

    Avant que, dans les années 2000, des travaux de restructuration en modifient profondément le tracé, le Passage de la Duée avait une largeur d'environ seulement 80 centimètres; mais aujourd'hui, la petite venelle a beaucoup changé: sa largeur est de plusieurs mètres et, en son centre, on a supprimé son escalier.

    Plus rien à voir donc avec le lieu qui, il y a encore une dizaine d'années, avait une allure de vraie séquence de film noir.  Avec sa cordonnerie d'angle, ce passage était si rétréci qu'en passant normalement rue de Pixérécourt, il était invisible, et il fallait vraiment avoir le sens de la promenade pour se dire: "Tiens, qu'est-ce-que c'est, que cet interstice ?".

    Le passage donnait alors sur une cour centrale avec un immeuble de logements ouvriers et une petite coursive dans un état désastreux, l'herbe poussait au milieu des pavés ... Ensuite, dans le prolongement d'un court escalier, le passage allait, par une autre allée, rejoindre la rue de la Duée.

    C'est là, au débouché sur la rue de la Duée, que Mesnager, le graffiteur de bonhommes blancs avait installé son atelier. Pas étonnant que, sur le nouvel immeuble du passage réaménagé, une farandole de personnages blancs peints par l'artiste, anime la façade de bois et de béton.
    Enfin un peu de fantaisie dans ce nouveau paysage urbain bien monotone car trop souvent uniformément gris et outrageusement bétonné.



    >> Le passage n'avait pas échappé à l'œil des "Grands" …

    >> Le passage vu de la rue de la Duée. (Juillet 1995)

    >> Mesnager, graffiteur urbain (Site officiel).

    >> Passage de la Duée : une farandole de personnages blancs peints par Mesnager.

    >> Voir aussi sur Parisperdu: "Avis de décès".

     

     

    « 500L'illusion du virtuel ... »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Max B.
    Lundi 7 Mai 2012 à 13:30
    Interessant
    Interessant votre présentation du même passage par 4 photographes anciens ...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :