• "Quelque part quelqu'un" (1/2).

    Démolitions dans le quartier de la Réunion- Paris 20ème.

    "Quelque part quelqu'un", derrière ce titre emprunté à Henri Michaux se tient le premier long métrage de Yannick Bellon, réalisé en 1972. Une histoire qui mêle la fiction et le reportage. Une histoire lyrique. Une déchirante plongée dans les plis sinueux d'une ville, Paris.

     

    La rue, les vieux immeubles que l'on détruit, les nouveaux qui se dressent fièrement, "immobilièrement". Et puis la foule. Le mouvement de la foule. La houle. Le ressac. Marée humaine. Le chant de la foule. Un opéra, porté par la musique unique, "expérimentale" de Georges Delerue, tout concourt à donner à cette fable sur la déshumanisation de la société contemporaine un aspect fantastique et étrange.

    Paris se démolit, Paris se reconstruit. Entre les ruines des immeubles anciens et les constructions "flambant-neuf" se presse une foule partout présente, dans les gares, la rue, les magasins. A toutes les heures du jour et de la nuit.

     

    Quelques personnages isolés dans cette ville de Paris, représentant chacun une génération, se croisent mais jamais ne se rencontrent. Pas d'histoires, pas de stars, ici, le thème de la ville revient comme un leitmotiv.

    Si vous appréciez Parisperdu, vous aimez sûrement "Quelque part quelqu'un".

    A suivre ...


    >> La musique unique, "expérimentale" de Georges Delerue.

    >> La photographe Denise Bellon, mère de Yannick (cinéaste) et de Loleh (comédienne). 


       

    « Vilin, Couronnes et Pali-Kao ...Les hauts quartiers de l'Est parisien font de la résistance. »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    LUCAS
    Samedi 12 Janvier 2008 à 14:32
    DVD
    Le film de Y. Bellon est-il sorti en DVD ? Merci pour la réponse.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :