• " Noir & Blanc" autour du bassin de la Villette.

    A Paris, le bassin de la Villette était l'un des lieux préférés de Jacques Prévert. 
    Dès 1932, il y entraine Brassaï qui est toujours à la recherche d'insolites clichés de Paris la nuit.

    Brassaï écrit à ce sujet: "Je passai aussi quelques nuits dans les parages du bassin de la Villette avec Jacques Prévert, où nous jouissions de cette "beauté dans le sinistre", comme il aimait appeler le plaisir que suscitaient en nous ces quais désolés, ces rues désertes, ce quartier déshérité, hérissé de grues, parsemé d'entrepôts et de docks".

    Quatre ans plus tard, en 1936, Prévert est de nouveau dans les parages, au côté de Carné, pour le tournage du premier film issu de leur collaboration: "Jenny". Plusieurs scènes de ce film sont tournées là, en décor naturel, tout autour du bassin de la Villette et du canal de l’Ourcq.
    Plus tard, on retrouvera les mêmes lieux filmés au naturel ou en décors reconstitués par Trauner, dans "Les Portes de la Nuit".
     
    Ce secteur de Paris sera toujours très présent dans les films de Carné, et ses héros déambuleront souvent près du pont de la rue de l’Évangile et de son calvaire, au pied des gazomètres, ou sur le pont-levant de la rue de Crimée ou encore le long du canal de l'Ourcq avec sa baraque sur laquelle il est écrit : "Secours aux noyés"!

    Toute une époque … que l'on visualise exclusivement en noir et blanc, bien sûr !

     

    >> Le bassin de La Villette vu par Brassaï (1932)

    >> Jacques Prévert, photographié par Doisneau au Pont de la rue de Crimée (1955)

     


    « Le Goût du Paris insolite.Les Patios Parisiens. »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    3
    Vendredi 22 Novembre 2013 à 10:00
    Correctif 2
    Effectivement ... mais peut-être aviez-vous remarqué que le blog s'intitule Paris PERDU ! Merci pour l'intérêt que vous lui portez.
    2
    Ivan
    Jeudi 21 Novembre 2013 à 17:47
    Correctif
    Bonjour Je crois que la photo date un peu, l'usine et sa cheminée ont disparu depuis un an, environ. J'ai découvert votre blog avec plaisir. Ivan
    1
    Jean-Jacques Fourmon
    Mercredi 20 Novembre 2013 à 20:31
    Paris-poème
    Marcel Aymé a aussi évoqué avec tendresse la poésie de ce quartier. Aymé comme Prévert et Carné sont des poètes du réel. Il nous manque aujourd'hui de tels enchanteurs.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :