• Le parc de Belleville est peut-être le parc le moins fréquenté de la capitale, et pourtant, ce vaste espace de verdure a beaucoup de charme et, il est idéal - aux beaux jours - pour flâner, bouquiner sur un banc ou faire la sieste sur une pelouse.

    La terrasse, au sommet du parc, offre une époustouflante vue panoramique sur Paris. C'est un lieu propice à la rêverie et à la contemplation de la ville. Evitez, toutefois de trop porter votre regard à gauche, là où les tours de Belleville font une véritable cicatrice au paysage ... Puis, retournez-vous vers la rue des Envierges : elle a conservé le calme et la poésie des hauts de Belleville.

    On peut aussi venir ici à la tombée de la nuit pour découvrir une Tour Eiffel toute scintillante, comme un bijou posé sur Paris...
    Etre perché là-haut, en position dominante sur la ville brillant de mille feux, est alors un véritable enchantement...

     

    >> Parc de Belleville, un peu d'histoire ... 

    >> Le Parc de Bellevile, déjà dans Parisperdu (1).

    >> Le Parc de Belleville, déjà dans Parisperdu (2).

     

     


    3 commentaires
  • Les Frigos en octobre 1995, vus du viaduc de Tolbiac

    Tout autour, c'est le Paris impersonnel, celui des voies express, des immeubles nés de la spéculation immobilière et de l'écrasante Très Grande Bibliothèque avec son esplanade immense, coupée de la ville et de la Seine ... pourtant si proches... un lieu abstrait, hostile... Et au milieu de tout cela, un ilot de vie, de résistance, au "look" détonnant : Les Frigos.

    Depuis les années 80, des artistes ce sont légalement installés ici - ce n'est pas un squat - créant une incroyable cité, un antre bouillonnant de créativité.

    Dès l'entrée, dans un couloir sombre, couvert de graffitis... une pancarte appelle malicieusement à ne pas couvrir les murs de tags... Les nombreuses tuyauteries, rongées par la rouille, qui courent le long des couloirs, témoignent qu'à l'origine, l'on se trouvait ici, au cœur d'un réfrigérateur géant.

    A la fin des années soixante, la disparition des Halles de Paris et l'ouverture du marché de Rungis entraînent l'arrêt de l'activité de ces entrepôts frigorifiques qui, dès lors, sont laissés à l'abandon. Ne bénéficiant d'aucun classement architectural, considérés comme une friche industrielle, ils ont vocation à être détruits car ils sont situés au cœur du périmètre de la ZAC Paris Rive Gauche. Au fur et à mesure de l'édification de nouveaux immeubles sans âme, les Frigos vont perdre à la fois leur vue sur la Seine et la lumière qui baignait les ateliers des artistes. Et maintenant qu'ils sont encerclés par ces bâtiments aux façades vitrées, lisses, ... glaciales et aseptisées; on voit bien que les Frigos sont totalement atypiques et donc pour certains ... plus que dérangeants.
    Alors, les Frigos vont-ils être démolis ?

    Pas si sûr, car grâce à la forte mobilisation au sein des Associations de défense, et en coordination avec les habitants du quartier, les aménageurs qui bétonnent tout autour, ont récemment déclaré aux artistes-locataires : "Vous êtes le germe de vie du futur quartier ".

    Les Frigos, officiellement devenus le pôle artistique du schéma d'aménagement de Paris Rive Gauche, vont-ils pouvoir enfin respirer librement dans un quartier si peu poétique... ?
    En tous cas, pour le "germe de vie", ... cela risque d'être dur, très dur ... !


    >> Les Frigos : histoire complète, visite virtuelle, calendrier des expositions ...

    >> Deux mondes s'opposent, séparés par une ligne de démarcation ... ©Photo :Photigule 

    >> Dans les entrailles des Frigos (1)

     >> Dans les entrailles des Frigos (2)

    >> Dans les entrailles des Frigos (3)

     >> Dans les entrailles des Frigos (4)

     

     

     

     

     


    3 commentaires
  • 1997, la rue Olivier Métra - Paris 20ème, en cours de gentrification

    Dans le 20ème arrondissement de Paris, à la fin des opérations immobilières menées par des promoteurs intéressés surtout par un profit rapide, le quartier ouvrier accouche d'un quartier embourgeoisé avec, comme le note le sociologue Jacques Donzelot, "un style de vie où émergent cafés et restaurants du monde entier, salles de concert, galeries et des boutiques d'art ethnique ...
    Autant de signes de prestige que ces promoteurs ont appris à manier pour conférer à certains lieux cette marque du global qui attirera les candidats à cette communauté mondiale".

    De quoi construire une "image fun de la ville", renchérit l'historien Alessi dell'Umbria : avec la "disparition du travail au profit du service et des travailleurs au profit des serviteurs, l'espace se trouve peu à peu occupé par la culture et le tourisme, la ville devient une zone commerciale d'un genre particulier, consacrée au divertissement des classes moyennes, pour qui restaurants, bars branchés et expositions balisent un parcours sans aspérité".

    Bien sûr, la géographie urbaine a toujours réfléchit les rapports entre le travail et l'habitat. Il fallait des corons, aux patrons du XIXe siècle, pour fixer près de leurs usines une main-d'œuvre trop vagabonde. Il fallait des HLM, durant les « trente glorieuses » (1945-1975), pour achever l'exode rural, pour amener petites mains et gros bras à portée de cyclomoteur des zones industrielles. Mais aujourd'hui, avec un marché du travail ouvert jusqu'à Bucarest, avec des fabriques qui se délocalisent à Hanoï ou à Pékin, les prolétaires n'apparaissent plus comme essentiels au fonctionnement économique de la ville. Inutile donc d'attirer en centre-ville les couches populaires, de leur promettre une "qualité de vie" conforme à leurs attentes. S'ils travaillent, c'est déjà beau ...

    Pour la ville, reste donc à conquérir une élite, désignée comme celle des "producteurs de richesses"...
    La ville est en route vers une "gentrification", un embourgeoisement à grande échelle qui dessinera une toute nouvelle géographie urbaine.


    >> La géographie urbaine et le concept de ville.
     

     


    3 commentaires
  • "Les Pétanqueurs des Epinettes" Paris 17ème

    A Paris, malgré une météo souvent tout sauf méridionale, les amateurs de jeu de boules sont de plus en plus nombreux.

    Ce plébiscite n'est pas vraiment surprenant. Depuis quelque temps déjà, la pétanque semble avoir séduit de nouvelles catégories de Parisiens, surtout dans les quartiers de l'est de la capitale (à Belleville notamment, mais aussi, le long du canal Saint-Martin) réputés abriter les "bobos", les "bourgeois-bohèmes", population aisée, sensible aux phénomènes de mode et aux activités génératrices de lien social.

    Ce jeux de boules a été créée à La Ciotat - il y a tout juste cent ans -  par Jules Hughes dit Jules "le Noir", un champion de "longue" (jeu provençal qui imposait de jeter la boule après plusieurs pas d'élan). Gêné par ses rhumatismes, Jules préféra alors jouer en gardant les pieds immobiles. La pétanque (pieds tanqués, en provençal) était née ...

    A Paris, la pétanque, centenaire, se redécouvre donc une seconde jeunesse que peu de gens lui aurait promise, il y a seulement encore quelques années.

     

    >> Histoire de la pétanque. 

    >> Pour les "pros" ... le site officiel.  

     


    4 commentaires
  • La gare des marchandises de Paris-Batignolles en 1995.

    C'était au temps où tout ce secteur des Batignolles vivait au rythme lent de la friche ferroviaire qui régnait ici.

    Les quelques rares employés qui maintenaient en survie la zone des bureaux et des entrepôts n'étaient pas surchargés par les tâches quotidiennes ... Ici, aux beaux jours, l'apéro était quasi quotidien, ... et l'air embaumait la grillade ... En fin d'après-midi on pouvait voir de petits groupes pratiquer la pétanque dans les rares espaces libres de toutes voies ferrées. D'autres jouaient avec des chiens ou lavaient leur véhicule ...

    Puis vient le temps des perspectives grandioses, celui du grand chambardement pour la renaissance du secteur.
    Le projet avait un nom : Paris 2012.

    Mais, le 6 juillet 2005, la 117ème Session du CIO élisait Londres pour accueillir les Jeux de la 30e Olympiade, au détriment de la ville de Paris. Si cette défaite n'a pu permettre l'aménagement de la zone des Batignolles via la construction du village olympique qui y était prévu, elle aura au moins eu le mérite de donner naissance au plus grand espace vert de tout le nord-ouest parisien.

    Aujourd'hui, la première phase du plan d'aménagement vient d'être achevée et un espace paysager de 3 hectares, a d'ores et déjà été ouvert au public.
    En entrant dans ce nouveau parc, on découvre "Le jardin du rail". Très agréablement "végétalisé", il est dédié aux activités sportives ou de détente. C'est franchement réussi, vivant et les familles se sont déjà approprié ce vaste espace.

    Mais le plus intéressant reste à venir.
    Ainsi, au nord du parc, une pièce d'eau verra le jour, alimentée par des canaux ... puis au bord du boulevard Berthier,  des érables  - symbolisant l'automne - et des conifères - symbolisant l'hiver - seront plantés.

    Finalement, pour respecter la mémoire du lieu, certains éléments ont été conservés dans le parc : les pavés, une ancienne forge et la structure métallique de l'ancienne gare du Havre.

    Vivement donc l'ouverture complète du parc !
    Mais il faudra toutefois attendre que la végétation se développe, car ici, c'est encore beaucoup trop minéral ... pour offrir un dépaysement total.


    >> Le site des Batignolles en 2000.
     

    >> Voir aussi dans Parisperdu: Paris Batignolles
     

    >> Objectif 2017 ...


     

     

     


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires