• L'ennui naquit un jour de l'uniformité ...


    Large de 40 mètres, l'avenue de France part de la rue des Grands-Moulins et remonte vers le nord-ouest. Sur la moitié de son parcours, elle longe, en les surplombant, les voies ferrées de la gare d'Austerlitz: triste panorama !

    Elle traverse un quartier neuf comportant quelques trop rares cafés et surtout un nombre incalculable d'immeubles de bureaux, de logements, … tous identiques, navrants dans leur gémellité, car:

    "C'est un grand agrément que la diversité.
    L'ennui naquit un jour de l'uniformité."

    écrivait  La Motte-Houdar, un fabuliste contemporain de La Fontaine.

    Pour qui a connu le vieux 13ème, avec ses petits immeubles bas, ses maisons en meulière … et tout un habitat très diversifié , la morale de la fable s'applique parfaitement à l'avenue de France.


    >> L'avenue de France, déjà sur Parisperdu …

     

    « Paris Volé .Paris donateur ... »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    2
    Jean-Jacques Fourmon
    Lundi 31 Octobre 2011 à 21:51
    Ennui
    C'est un quartier qui est devenu, en effet, très ennuyeux à la suite de multiples destructions et reconstructions. Il réserve toutefois quelques surprises, comme cette improbable petite chapelle, qui prend place au milieu des bâtiments aux uniformes façades de verre. L'avenue de France, convenons-en, est lugubre. On se console, toutefois, lorsqu'on retrouve les voies ferrées aux abords de la gare d'Austerlitz.
    1
    Dimanche 23 Octobre 2011 à 20:23
    ce vers
    Tout à fait d'accord. Ce vers j'en ai fait ma maxime depuis l'enfance.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :