• Bobo attitude.




    Dans certains quartiers de l'Est de la capitale, nous sommes désormais à "Boboland", et là, on ne manque pas d'argent: on a de l'argent, beaucoup d'argent ... Mais finalement, on s'y ennuie aussi beaucoup car c'est bien connu, si l'argent ne fait pas le bonheur, il ne réussi surtout pas à remplir le vide laissé par une certaine perte des valeurs, des idéaux, voire des utopies ...

    A Boboland, on recherche avant tout "l'Authenticité", mais c'est une authenticité souvent frelatée, un peu comme la réalité lorsqu'elle est vue par un créatif de pub ! De surcroît, les bobos oublient que leur quête éperdue d'authenticité les conduisent souvent à détruire "la vraie" authenticité.
    C'est le cas, lorsqu'ils essaient de se créer leurs endroits, leurs coins agréables, ... comme ces genres de cafés dits "bios" ou ces restaurants où l'on fait du "fooding" en substitution à la cuisine traditionnelle ... qui elle est authentique. A Boboland, on essaye de vivre sainement, ... mais finalement là encore ... ce n'est qu'une attitude!

    Ah, l'attitude, c'est l'essentiel pour le "bobo", c'est elle ... encore et toujours qui compte le plus, ... la vérité des opinions ou la sincérité sont souvent secondaires. De toute façon peu importe, car pour la tribu des "bourgeois bohèmes": le bobo c'est toujours l'autre ...

    Un passage de la Bande Dessinée "Bienvenue à Boboland" de Dupuy et Berberian est - à ce titre - révélateur de la vision qu'ont les bobos de la "vraie vie".
    Je vous résume la chose: une écervelée laisse traîner sur un banc un livre d'Anna Gavalda (parfaite auteur bobo, qui parle "de ces petites choses qui sonnent tellement vrai"), ... pour faire du "book-crossing", de l'échange gratuit de livres, mais elle est stupéfaite quand elle voit un éboueur ramasser le bouquin et le flanquer à la poubelle ... au lieu de s'en extasier.
    N'est-ce pas là une parfaite illustration de la "bobo attitude" ?


    >> Vous avez dit "book-crossing" ?

    >> La bande dessinée "Bienvenue à Boboland" © Dupuy  / Berbérian ;  Editeur Fluide Glacial-Audie  - mai 2008. 


    ° Déjà parus dans Parisperdu :

    >> "Où sont passés les vrais gens ?"

    >> Belleville, la belle ville des bobos.

    >> Malaise à Belleville. 

    >> Bienvenue à Boboland.



     

    « Un monde loin du monde ...Lost in Paris ... »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    4
    SoLong
    Dimanche 6 Juin 2010 à 11:23
    Boboïsation du 20e
    Et la boboïsation du 20e est presque achevée, y a qu'à aller faire un tour aux Buttes Chaumont le dimanche, ou regarder les boutiques autour de Jourdain et Télégraphe. On se croirait dans le 5e l'odeur dégeulasse et les immeubles moches en plus. (on reste Rive Droite quand même, faut pas déconner)
    3
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 17:36
    Sur le blog
    Je suis tombée sur ton blog en faisant des recherches d'images et j'ai tout de suite accroché car tu parles de quartiers que je connais bien (j'ai habité au métro Belleville au dessus du café "la Vielleuse" pendant 10 ans) http://startine.blogs-de-voyage.fr
    2
    Dimanche 9 Novembre 2008 à 14:50
    les bobos rendent la vie chere
    C'est pourtant dommage, quelque part le book crossing partait d'une bonne intention. J'en veux particulièrement aux bobos pour avoir rendu la capitale totalement hors de prix, surtout. Je me souviens des loyers ou du prix de l'immobilier lorsque j'étais enfant, qui étaient franchement accessibles, du moins dans mon arrondissement (justement le 20 ème, nouveau boboland -_-) et qui maintenant sont hors de prix. Un enfant de la ville forcé de vivre dans un minuscule studio parce que pleins de gens ont trouvé ça "in" de vivre dans un "authentique" quartier.
    1
    jean-marc M.
    Mardi 4 Novembre 2008 à 19:45
    Critique
    Il est vrai que le bobo prete le flan à la critique, mais n'est-on pas toujours le bobo de quelqu'un ?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :