•  

    Dans le Paris de mon enfance, je me sentais comme un poisson dans l'eau, j'avais l'âme d'un poulbot. Mais aujourd’hui, je me sens un peu comme un étranger, peut-être même encore moins légitime que les touristes…
    Dans ce qui fut ma boulangerie où, gamin, j’allais chercher la baguette matinale, il ne reste que des croûtes … celles de la "galerie-arty" qui a racheté le fonds de commerce.

    Dans les rues, c'est maintenant la tour de Babel ou le subsaharien tout juste arrivé croise les touristes asiatiques qui "font l’Europe" en dix jours.
    Dans les commerces et plus particulièrement dans les cafés, l'accent parisien en devenu un anachronisme, un idiome suspect. Et dans les arrières cours, qui faisaient le charme et le mystère de beaucoup de quartiers, les artisans ont disparu pour laisser place nette à la promotion immobilière.

    Paris est une très belle ville mais depuis une vingtaine d'années, Paris est devenue sale, polluée, voire dangereuse... Oui Paris est devenu moche, embouteillée et dans les rues, sur les trottoirs, c'est désormais l'anarchie qui règne.
    Cette ville a été confiée à des rêveurs et le rêve est en train de tourner au cauchemar.
    Triste Capitale !




    1 commentaire
  • La traversée de Belleville … dans les pas de Willy Ronis.

      La traversée de Belleville (Extrait du fascicule publié en 1990 par le Bar Floréal, p. 2-3).

     

    C'est un itinéraire photographique, une déambulation dans Belleville et Ménilmontant, un parcours publié à l'occasion de l'exposition "Willy Ronis" organisée en novembre 1990 à l'Espace Floréal, un lieu emblématique pour les photographes amoureux de Belleville.

    Le parcours s'articule comme suit :

    Départ : Rue des Couronnes à la hauteur du Bar Le Floréal > rue Henri Chevreau > rue de la Mare > place de Ménilmontant > rue des Amandiers > rue des Partants > rue Gasnier Guy > place Martin Nadaud > avenue Gambetta > place Gambetta > rue des Pyrénées > rue du Retrait > rue Laurence Savart > rue Boyer > rue des Cascades > rue des Savies > rue de la Mare > rue des Couronnes > rue du Transvaal > Parc de Belleville > descente par le parc jusqu'à la rue des Couronnes, jusqu'au point de départ du bar Le Floréal.

    Mais le long de ce parcours, je vous conseille de faire de petits crochets - que j'ai tous testé moi-même - pour découvrir d'autres lieux également photographiés par Willy Ronis et qui valent la peine que l'on rallonge la balade.
    Je vous les donne ici en respectant le sens de l'itinéraire de base :

    • Cité A. Loubeyre
    • Impasse du 34 rue Henri Chevreau
    • Passerelle de la rue de la Mare
    • Eglise ND de la Croix
    • Ancien secteur de la rue de la Cloche
    • Passage des Soupirs
    • Passage du Retrait
    • Villa de l'Ermitage
    • Cité Leroy
    • Rue des Envièrges
    • Passage Plantin
    • Cité Castel
    • Rue Piat
    • Rue Julien Lacroix
    • Rue de Pali-Kao

    Alors à vos appareils photos et bonne balade !


    >> Willy Ronis et André Lejarre préparent le parcours.

    >> 49 rue Vilin vu par Ronis (1947) et Doisneau (1953)

    >> Balade alternative, l’itinéraire fondateur de Parisperdu.




     


    1 commentaire
  • Pourquoi les Christo avaient-il choisi le Pont-Neuf ?

    Empaquetage du Pont Neuf (du 22 septembre au 7 octobre 1985) par Christo et Jeanne-Claude.
    Le Pont Neuf de Paris, le plus vieux des ponts de la capitale française, est emballé dans une toile en polyester ocre-jaune
    que les Christo nomment "Pierre de Paris".

     

    Oui, il faut dire "Les Christo" car Christo et son épouse Jeanne-Claude ont formé un couple d’artistes indissociable où Christo est plutôt l'artiste, et Jeanne-Claude l'organisatrice. Leurs réalisations, principalement associées à l’idée d’empaquetage, sont signées par Christo et Jeanne-Claude, les dessins par Christo.

    Christo, de son vrai nom Christo Vladimiroff Javacheff est d'origine bulgare. Fuyant le régime communiste de son pays natal, il s'installe à Paris en 1958. Pour vivre il fait des portraits à l'huile qu'il signe de son nom « Javacheff » et c'est en livrant le portrait de l'épouse du général Jacques de Guillebon, directeur de l'École polytechnique, qu'il rencontre leur fille Jeanne-Claude, une « rousse flamboyante comme empaquetée d'un film plastique » dira-t-il.

    Tous deux sont nés le même jour (le 13 juin 1935) et la légende dira à la même heure ...

    Paris est donc la ville où Christo et Jeanne-Claude se sont rencontrés et le Pont Neuf était leur lieu de rendez-vous. Il fallait donc que ce pont devienne, aussi un jour, leur œuvre d'art …

    Les installations de Christo et Jeanne-Claude ont largement contribué à faire sortir l’art des musées. Par nature, elles sont éphémères : ainsi, les seules traces qui demeurent sont les livres, les photos, les dessins, les collages ou les maquettes, conservées aujourd’hui dans les musées du monde entier et les collections privées.

    Christo et Jeanne-Claude ont travaillé 51 ans ensemble, jusqu'à ce jour de novembre 2009 où Jeanne-Claude est décédée à New York. Elle avait 74 ans.
    Depuis cette date, Christo a continué à travailler sur d'autres projets. Son dernier projet en préparation, l’empaquetage de l’Arc de triomphe à Paris, s’annonçait comme l’un des évènements les plus spectaculaires de la rentrée de septembre 2020. Mais il a été reporté d’un an en raison des incertitudes liées à la pandémie de Covid-19.
    Malheureusement, hier dimanche 31 mai, Christo est décédé, à l’âge de 84 ans.

    La réalisation de l’empaquetage de l’Arc de triomphe à Paris reste « sur les rails » pour la période du 18 septembre au 3 octobre 2021, précise aujourd'hui l’entourage de Christo sur Facebook.


    >> Christo and Jeanne-Claude, site officiel.

    >> Christo et Jeanne-Claude.

    >> Une « rousse flamboyante comme empaquetée d'un film plastique »


    votre commentaire
  • Montmartre, le rose te va si bien.

    Rue de l'Abreuvoir Paris 18ème (2012)

     

    La "Maison Rose", située au numéro 2 de la rue de l’Abreuvoir et à l'angle de la de la rue des Saules, se repère tout de suite par sa couleur bien sûr mais aussi pas sa silhouette de petite maison de campagne qui tranche avec celle des hauts immeubles environnants. Durant de nombreuses années, le lieu fut fréquenté par les artistes de Montmartre et, dans les années 1900, Maurice Utrillo peint ici même un tableau qu'il intitule :  “La Petite Maison Rose”.

    Un peu plus bas dans la rue de l'Abreuvoir, au numéro 4, une plaque indique :" Ici vécu le Commandant Henry Lachouque, Historien de Napoléon et de la Grande Armé (1883 -1971)".
    Puis au numéro 6 on trouve aussi une autre maison rose.
     Et, si l'on descend jusqu'à la rue Lepic, le Café des deux Moulins, où Amélie Poulain était serveuse, a depuis la sortie du film, changé plusieurs fois de propriétaires, et sa façade a été repeinte … en rose !

    Décidément, Montmartre, le rose te va si bien …


    >> La Maison rose déjà sur Parisperdu.

    >> Le fabuleux destin des commerces de Montmartre.

    >> Maurice Utrillo : “La Petite Maison Rose”.




    votre commentaire
  •  Jean Mounicq :  un regard méticuleux sur Paris.

     Rue des Tennis Paris 18ème_ Photo: ©Jean-Mounicq_1980



    Jean Mounicq commence timidement sa carrière de photographe en 1954. Puis, en 1958, il rencontre Henri Cartier-Bresson, rejoint l'agence Magnum et parcourt alors l’Europe avec son appareil.
    De 1961 à 1974, il collabore avec le magazine "Elle" pour lequel il va réaliser une série de portraits des artistes marquants des années 60 et 70.

    Mais à partir de 1975, il cesse ses collaborations avec la presse et commence un travail personnel "au long cours" sur les villes européennes, principalement Venise, puis Rome et surtout Paris qui donnera le fantastique ouvrage "Paris Retraversé", publié en 1992 et qui lui vaudra le prix Nadar.

    Dans "Paris retraversé", Mounicq va faire, quartier par quartier, rue par rue, un inventaire photographique systématique, méticuleux et quasiment surréaliste des cours, des ruelles, des portes, des inscriptions, … bref en un mot de tout l'insolite qui est l'essence même de cette ville.

    Trois ans plus tard, en 1995, il réédite cet exploit avec  "Paris ouvert", une œuvre symétrique de "Paris retraversé", car "Paris ouvert" s'intéresse aux grands espaces de la capitale : les Tuileries, les Invalides, La Défense, Bercy, La Villette mais aussi aux quais et aux jardins de la Capitale, avec toujours l'obsession de capter l'étrangeté du détail ou de choisir l'angle qui rend intense la beauté de l'ensemble.

    Une grande partie de son travail sur Paris est conservé au musée Carnavalet. Et, en février 2020, il fait don à l’Etat de l’ensemble de son fonds photographique : 130 000 négatifs avec les planches-contactes afférentes, 2450 tirages, 6500 diapositives, ainsi que ses archives renseignant sa carrière et ses projets.
    La donation Jean Mounicq rejoint donc à la Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine (MAP) les fonds "auteurs photographiques", aux côtés d’André Kertész, de Jacques-Henri Lartigue ou de Willy Ronis ... Mounicq y est désormais en bien belle compagnie !

     

    >> Jean Mounicq, 50 ans de Photographies.

     

     


    votre commentaire