• Où est le "120 rue de la Gare" ?Jacques Tardi : "120, Rue de la Gare"    Planche originale de la page 115

     

    "120, rue de la Gare" est un roman policier français de Léo Malet. Il s’agit du tout premier roman de la série ayant pour héros le détective Nestor Burma.

    Le roman commence ainsi : avant de mourir, un homme souffle à Burma : « Dites à Hélène... 120, rue de la Gare ».

    Pour le célèbre détective l'énigme est bien obscure : comme retrouver cette Hélène à une adresse aussi incomplète. Car s'il doit bien y avoir des centaines de millier d'Hélène en France et il y a aussi une foultitude de rue de la Gare dans notre pays…

    L'adresse même est donc la clé de l'énigme et il faudra attendre la toute fin du roman pour découvrir qu'il s'agit de la rue de la gare à Châtillon. Quand on sait que l'auteur a passé une grande partie de sa vie à Châtillon, on comprend qu'il n'a pas été chercher très loin le titre de son roman.

    Dans la « vraie vie », le 120 était à l'époque un simple pavillon, pas très loin du centre-ville. Le nom de "rue de la Gare" vient de l'ancienne gare aux marchandises de Châtillon, devenue maintenant les Ateliers SNCF de Châtillon. Dans le roman de Léo Malet, le "120" se situe dans la partie nord de la rue, une partie qui depuis a été renommée rue Pierre-Semard.

    C'est bien à Châtillon que se trouve l'adresse la plus connue du polar français. Brillamment adapté en BD par Tardi (comme une demi-douzaine d'autres Burma), le "120, rue de la Gare", publié en 1943 mène donc Nestor Burma à Châtillon en passant par Lyon et Paris.

     

    >> "120, rue de la Gare", le roman de Léo Malet.

    >> A Châtillon, le bistrot de la rue de la Gare est toujours là.

     

     


    votre commentaire
  • Aux puces de Montreuil.

    Un "pucier" du marché de la Porte de Montreuil. Paris 20e (juin 2015)

     

    C'est l'un des marchés aux puces les plus anciens de Paris puisqu'il existe de façon informelle depuis 1860.

    Dans le 20ème arrondissement, exactement à la Porte de Montreuil, le long du boulevard périphérique, vous n'aurez pas de mal à trouver ce "marché" où 300 stands en plein air s'installent chaque week-end. Et souvent ces stands sont de véritables affaires de famille : les emplacements se lèguent de père en fils, de père en filles. 
    On y venait bien avant que la seconde main devienne tendance car les puces de Montreuil sont un véritable paradis pour les amateurs de fripes et de vintage.

    Attention toutefois aux pickpockets, ce lieu est assez renommé pour cela. Attention aussi aux abords du marché où de nombreux vendeurs à la sauvette vous proposent des choses trouvés dans les poubelles !

    Mais depuis un an, les commerçants des Puces sont inquiets. Un projet immobilier, voté en 2021, prévoit la création d'une halle pour remplacer ce marché de plein air. Pour l'ensemble des puciers et des clients, cela signifierait l'assassinat de l'âme des puces.

    Au fait d'où vient cette appellation de "puces" ?

    Aux portes de la ville, avant la construction du périphérique s'étendait la "zone". Là, installée dans des sortes de bidonvilles, vivait une population défavorisée : les « zonards ». Pour survivre, ils récupéraient des objets trouvés dans la rue et les revendaient aux abords de la ville. Parfois dans leurs fripes on retrouvait des vieux vêtements mités que l’on achetait donc « puces comprises ».

     

    >> Marché Aux Puces de Montreuil : Photo sur plaque de verre 8,5x10 (circa 1900)


    votre commentaire
  • Fermeture estivale.

     Les Sables d'Olonne, août 1959 © Atelier Robert Doisneau


    Comme chaque année, à l'occasion des vacances d'été, Parisperdu fait une pause.

    Nous vous donnons rendez-vous le 28 août 2023.

    D'ici-là, Parisperdu vous souhaite de très bonnes vacances !


    votre commentaire
  • Cette exposition réalisée et conçue par Tempora en étroite collaboration avec Magnum Photos est à voir jusqu'au 24 septembre 2023

     

    L’exposition « Elliott Erwitt. Une rétrospective » rend hommage à l’un des photographes les plus importants du XXème siècle, membre de Magnum Photos depuis 1954. On peut y voir un ensemble de 215 photographies en noir et blanc et en couleur.

    Photographe américain né à Paris en 1928, Elliott Erwitt est à la fois : peintre de l’intime, photojournaliste, photographe publicitaire, réalisateur et portraitiste de personnalités comme Marilyn Monroe ou encore Jackie Kennedy, Charles de Gaulle, Ernesto “Che” Guevara, Alfred Hitchcock, Nikita Khrouchtchev, …

    L’exposition rend compte de la diversité des sujets abordés et de l’unité profonde de l’œuvre. Erwitt a une manière d’immortaliser des moments de la vie quotidienne avec un regard qui n’appartient qu’à lui, mélangeant humour et émotion.

    L'Exposition montre également les coulisses du travail du photographe avec l’espace "Fabrique" dans lequel se trouvent des objets destinés à évoquer son studio new-yorkais et l’étendue de ses activités en lien avec la photographie.

    « En réalité, dire qu’il y a de l’humanité dans mes photos est le plus grand compliment qu’on m’ait jamais fait. » disait Elliott Erwitt.

     

    >> Les photographes humanistes sur Parisperdu.

     

     


    votre commentaire
  • Images à la sauvette.


    Images à la sauvette
    (The Decisive Moment en version américaine) est l’un des plus grands livres de photographies jamais publié. Sorti en 1952 aux éditions Verve, il regroupe les photographies réalisées par Henri Cartier-Bresson durant les vingt premières années de sa carrière. C’est, en 1952, une monographie du meilleur de l’oeuvre d’Henri Cartier-Bresson, publiée chez un éditeur d’art, avec une couverture originale de Matisse.

    C’est aussi une large présentation de son art, où est forgée cette notion de « moment décisif » qui donnera donc son titre à l’édition américaine de l’ouvrage : le moment où tous les éléments s’assemblent pour produire une image, non pas le sommet d’une action, mais un sommet émotionnel et formel, comme l’illustre la célèbre photographie d’un homme sautant au-dessus d’une flaque sur le pont de l’Europe avec en fond la gare St Lazare.

    Ce livre demeure une référence incontournable pour un grand nombre de photographes.

     

    >> WillyRonis, autre expert de l'Instant décisif.


    votre commentaire